Agence internationale de l’énergie prévoit une baisse dans la demande du pétrole

Publié dans 9/03/2020 par Claire Deschamps

agence internationale de l'énergie

Cette année, la demande mondiale de pétrole devrait diminuer pour la première fois en plus d’une décennie. En cause : la stagnation de l’activité économique mondiale liée à l’épidémie du nouveau coronavirus. Cela a été annoncé aujourd’hui par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), citée par les médias du monde.

L’Agence internationale de l’énergie annonce ses prévisions sur la demande du pétrole

Dans son scénario de référence, l’Agence estime que la demande de matières premières passera d’environ 90000 barils par jour à 201,9 millions de barils par jour par rapport à 2019. Ainsi, l’estimation précédente a été ajustée à la baisse de près d’un million de barils par jour. La baisse interviendra pour la première fois depuis 2009.

Compte tenu de « l’extrême incertitude », l’Agence publie également un scénario pessimiste. Il prévoit une baisse de 730 000 barils par jour. Selon les prévisions optimistes, la demande augmenterait de 480 000 barils par jour.

« La crise des coronavirus affecte un large éventail de marchés de l’énergie », a déclaré l’administration de l’organisation. Parmi elles, on trouve le charbon, le gaz et les énergies renouvelables. L’impact sur les marchés du pétrole est particulièrement grave. Il en est ainsi, car la pénurie de pétrole peut interrompre la circulation des personnes et des biens.

Quelles sont les prévisions optimistes pour la période à venir ?

L’organisation s’attend toutefois à une forte reprise de la consommation de pétrole. L’augmentation prévue est de 2,1 millions de barils par jour en 2021.

Par la suite, la croissance ralentira. D’ici 2025, son rythme sera de 800 000 barils par jour à mesure que la demande de carburants de transport s’affaiblira.  Cette prévision tient compte des efforts des gouvernements à améliorer l’efficacité des moteurs des véhicules et réduire les émissions de carbone.

Pour la période entre 2019 et 2025, la demande augmentera d’un total de 5,7 millions de barils par jour.

L’agence garde largement inchangées ses prévisions concernant l’approvisionnement mondial en pétrole. La capacité de production devrait augmenter de 5,9 millions de barils par jour d’ici 2025. Cette quantité est légèrement au-dessus de la demande.

La propagation du coronavirus en Amérique du Nord et en Europe aura moins d’impact sur la demande mondiale de pétrole.

En janvier, les réserves de pétrole des pays développés ont de nouveau dépassé le sommet moyen quinquennal. Ils ont atteint 2,93 milliards de barils.