L’ alimentation saine est privilégiée par beaucoup de personnes durant la pandémie

Publié dans 28/04/2020 par Claire Deschamps

alimentation saine pandémie

Pendant la période de l’isolement causé par la pandémie du nouveau coronavirus, la population privilégie l’alimentation saine. Durant cette période, on est plus susceptible d’essayer des recettes plus saines. Ci-dessous, nous vous donnons plus d’informations sur ce changement inattendu révélés par une étude menée en Grande Bretagne.

L’ alimentation saine est privilégiée par beaucoup de personnes durant la pandémie

Les données d’une étude britannique montrent qu’un pourcentage impressionnant des Britanniques a changé ses habitudes alimentaires pendant la pandémie. Il s’agit de 61% des personnes participants à l’enquête. Beaucoup d’entre eux disent que leur alimentation a été sensiblement plus saine ces dernières semaines.

Dans des conditions d’isolement, les personnes qui se livrent à des expériences culinaires semblent augmenter. Beaucoup expérimentent de nouveaux produits et des plats pour la première fois.

On cuisine plus et on grignote moins

L’enquête a couvert 2 000 personnes. Un participant sur huit a déclaré compter sur plus de plantes dans son régime alimentaire pendant la pandémie. Un quart se concentre sur les produits frais. Ce qui motive ces choix ? C’est l’espoir de renforcer leur immunité.

Dix-sept pour cent des personnes qui ont changé leurs habitudes alimentaires ont réduit leur consommation de viande. Dix pour cent ont réduit leur consommation de produits laitiers.

On privilégie des alternatives saines aux produits transformés

Manger entre les repas de base a également changé. Un cinquième des Britanniques dit qu’ils sont moins susceptibles d’avoir faim entre les repas. Ceux qui continuent de grignotter pendant la journée dépendent de plus en plus des fruits et légumes. De cette façon, ils cherchent à éliminer les tentations des produits alimentaires mauvais pour la santé.

10% des participants à l’étude disent préférer leur régime alimentaire actuel à celui qu’ils avaient avant la pandémie. Quinze pour cent ont l’intention de maintenir leurs nouvelles habitudes alimentaires. Voilà donc un résultat inattendu de la pandémie.