Avoir un chien pour vivre plus longtemps et être plus heureux ?

Publié dans 15/10/2019 par Claire Deschamps

. avoir un chien sante

Selon une étude et analyse séparées publiées ce mois-ci, avoir un chien est associé à une vie plus longue, en particulier chez les personnes ayant survécu à une crise cardiaque ou à un AVC.

Avoir un chien pour vivre plus longtemps et être plus heureux ?

avoir un chien bienfaits

« Ces études fournissent de bonnes données. Elles indiquent qu’avoir un chien est associé à une réduction de la mortalité liée aux problèmes cardiaques », a déclaré Glenn Levine, MD, professeur de médecine au Baylor College, dans un commentaire externe.

Ces études ne peuvent certainement pas” prouver “que l’adoption ou la possession d’un chien entraîne directement une réduction de la mortalité. Mais ces résultats solides laissent certainement penser au moins à cela. Comment expliquer ce phénomène ?

Les propriétaires de chiens – plus actifs et moins seuls ?

L’étude a utilisé le registre national suédois des patients pour identifier les patients âgés de 40 à 85 ans ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique ou une crise cardiaque entre 2001 et 2012. Sur les 181 696 personnes ayant subi une crise cardiaque, une centaine possédait un chien. 4,8% des 154 617 patients ayant subi un AVC avaient également un chien. En même temps, le risque d’un décès des propriétaires de chiens vivant avec un partenaire ou un enfant était de 15%. Une tendance similaire s’est dégagée pour les patients victimes d’un AVC. Le risque de décès chez les personnes vivant seules avec leur chien était de 27% inférieur. Il est de 12% inférieur à celui des personnes vivant également avec un partenaire ou un enfant.

Les auteurs de l’étude supposent que ces résultats sont dus au fait que les propriétaires d’un chien sont plus actifs. Et c’est probablement le cas étant donné les besoins de ces animaux de sortir tous les jours. De plus, les animaux domestiques aident les personnes à lutter contre l’isolement. L’isolement social est un facteur de risque important de décès prématuré. Une analyse qui donne à penser.