L’UE entend introduire des critères relatifs aux batteries en Europe

Publié dans 10/12/2019 par Claire Deschamps

batteries union européenne critères

Les batteries qui ne respectent pas les normes environnementales strictes pourraient être interdites sur le marché européen. C’est ce qui ressort des propos du vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic. La Commission a approuvé 3,2 milliards d’euros d’aides d’État pour certains projets locaux.

Les batteries importées dans l’UE devraient répondre à des critères spécifiques

L’UE travaille sur des normes environnementales pour les piles. Sefcovic a déclaré aux journalistes que les importations de batteries d’Asie du Sud-Est sur le marché européen pourraient être arrêtées. Cela arrivera si les produits ne remplissaient pas certains critères. Demandé si des modifications du cadre juridique de l’UE pourraient entraîner des interdictions, Sefovic a répondu: « Je pense que si elles ne répondent pas aux normes, oui ».

« Nous devons évidemment faire ce que font les autres économies et marchés, nous devons respecter leurs normes », a-t-il déclaré.

Les critères « verts » auxquels les batteries doivent répondre varient. Ils couvrent la stabilité des matières premières utilisées dans la production mais aussi la propreté de l’énergie utilisée pour ces batteries.

Sept pays de l’UE travailleront sur des projets spécifiques en Europe

L’UE ne serait pas en mesure de concurrencer immédiatement les importations en provenance de Chine et de Corée en termes de prix et de quantité. Elle s’est donc concentrée sur un angle environnemental pour bénéficier de la demande croissante.

« Bien sûr, nos concurrents asiatiques ne dorment pas. Ils voient ce que nous voulons faire avec cette alliance. Les normes sont importantes ; si vous voulez vendre ici, vous devez respecter nos normes », a ajouté Shefcovic.

Lundi, la CE a annoncé qu’elle avait donné son feu vert à une aide d’État de 3,2 milliards d’euros pour des projets relatifs à des batteries dans sept États membres. Il s’agit notamment de la Belgique, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne et la Suède.

Dans le cadre du projet IPCEI, les sept pays ont présenté un certain nombre de projets soutenus par 17 entreprises. Parmi elles, BMW, Enel X et Umicore. La liste des idées «ambitieuses et risquées» va de l’approvisionnement et de leur utilisation de batteries au recyclage et à la réutilisation. La durée des projets s’étale jusqu’en 2031.