La civilisation maya et son agriculture dans le colimaçon d’une nouvelle étude

Publié dans 19/11/2019 par Claire Deschamps

civilisation maya agriculture

Il y a plus de mille ans, la civilisation maya était confrontée à un climat imprévisible. Face aux obstacles naturels, tels que la surpopulation et la sécheresse, les Mayas ont mis au point des techniques agricoles complexes. Elles leur ont permis de survivre dans ce climat imprévisible.

La civilisation maya et son avancée en agriculture dans le colimaçon d’une nouvelle étude

civilisation maya nouvelle étude

Pour cela, la civilisation maya a utilisé des canaux d’irrigation et les zones humides. Ces derniers exploitent des zones marécageuses, afin de continuer à nourrir leurs populations malgré les pressions écologiques. Autrement, celles-ci auraient pu causer la mort de leur culture.

En fait, les systèmes de zones humides utilisés pour l’agriculture et d’autres sources de nourriture étaient beaucoup plus étendus qu’on ne le croyait auparavant. C’est ce qui ressort d’une étude publiée lundi dans le magazine Proceedings of the National Academy of sciences.

Cette période correspond à une sécheresse extrême. Elle coïncide aussi avec un moment de croissance et de déclin de la population. L’expression pour ces phénomènes : « dynamisme démographique ».

La civilisation maya a donc fait face à des problèmes similaires à ceux qu’on peut observer dans l’époque moderne. Nous pouvons donc nous tourner vers le passé pour retrouver une certaine tranquillité d’esprit.

L’expérience a permis de faire de nouvelles découvertes

L’étude de la culture maya a été réalisée avec la technologie LiDAR (Light Detection and Ranging). Dans le cadre de cette expérience, les scientifiques envoyaient des impulsions laser d’un plan au sol, en passant par la cime des arbres, pour mesurer et identifier les caractéristiques de la Terre, telles que le vaste système de canaux.

Les chercheurs ont examiné quatre zones principales du bassin du Rio Grande au Belize. Ils ont découvert qu’un complexe de zones humides de canaux et de terrasses, appelé Birds of Paradise, est cinq fois plus grand que prévu.

Ils ont également découvert un complexe encore plus vaste, jusque-là totalement inconnu. Les Mayas y cultivaient des cultures telles que le maïs, les haricots, les courges et les avocats. Mais l’eau des canaux mayas n’était pas seulement destinée à l’irrigation. Ils y récoltaient également des palourdes, des escargots, des moules, des tortues et des poissons.