Comment être en bonne santé et se protéger des virus ?

Publié dans 16/04/2020 par Claire Deschamps

comment être en bonne santé protection du virus

Comment être en bonne santé et se protéger des virus ? Voilà une question qui intéresse de plus en plus de personnes étant donné les circonstances de la pandémie actuelle. Alors qu’on entend de plus en plus d’autorités sanitaires autour du monde expliquer que l’épidémie pourrait resurgir et qu’on peut être témoin d’une deuxième vague, nous nous sommes intéressés aux virus en général. Ci-dessous, nous vous expliquons plus en détail ce que sont les virus et comment s’en protéger plus efficacement.

Les virus sont divers et dynamiques. Ils infectent les humains et les animaux, certains s’attaquent même aux plantes. Ils sont faits de matériel génétique – ADN et ARN. Du coup, ils ne peuvent prospérer et se multiplier que dans les cellules vivantes. Ils ont besoin de nous, ou plus largement, de «corps hôtes» vivants pour se propager. Et, comme nous l’avons constaté récemment avec le coronavirus, ils se propagent, parfois avec une vitesse incroyable et dans le monde entier.

Certains virus nous sont familiers. C’est le cas même lorsque les souches changent, comme, par exemple, la grippe saisonnière. D’autres, comme le nouveau coronavirus (2019-nCoV) au cœur de l’épidémie internationale actuelle, constituent de nouvelles menaces. On ne le connaît pas assez bien et on n’est même pas sûr si les personnes guéries de ces virus développent toujours des anti corps qui  pourraient les rendre immunisés contre les attaques futures du même virus. Le coronavirus, Covid 19, a été identifié pour la première fois l’année dernière à Wuhan, la capitale de la province chinoise du Hubei.

Comprendre les virus pour apprendre comment être en bonne santé

comment être en bonne santé et se protéger des virus

Qu’est-ce qu’un virus ? Et d’où vient le nom du nouveau coronavirus qui a fait énormément de victimes à travers le monde ? Pour répondre à ces questions, imaginons qu’on regarde une image au microscope électronique du coronavirus. Ce serait une image du virus vraiment grossie, environ 1 million de fois. En observant cette image, on verra ce que l’on appelle des protéines de pointe qui dépassent de la surface. C’est ce que note Lisa Gralinski, professeure adjointe d’épidémiologie à l’UNC Gillings School of Global Public Health. Les pointes en forme de couronne ont inspiré le nom du nouveau coronavirus. De fait, le mot Corona est un terme espagnol pour couronne.

Le coronavirus et sa famille étendue

comment rester en bonne santé

Le nouveau coronavirus s’ajoute à la famille connue de virus liés au rhume. Deux autres coronavirus ont également été à l’origine d’épidémies virales. L’un est le SRAS, abréviation pour le syndrome respiratoire aigu sévère ; l’autre est le MERS, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient.

Une surveillance précoce et plus détaillée a permis aux experts d’étudier de plus près le nouveau coronavirus, par rapport à la première apparition du SRAS et du MERS. Néanmoins, «il y a encore tellement de choses que nous ne savons pas», dit Gralinski. Selon les chercheurs et les médecins en virologie, l’ampleur de la menace que le nCoV 2019 peut représenter dans le monde n’est toujours pas complètement claire.

Pourquoi il est important de rester vigilant et de se protéger aussi des autres virus

test coronavirus et protection

Les experts indiquent que le fait qu’un virus est familier ou exotique ne détermine pas nécessairement l’ampleur du danger qu’il représente. Pour cette raison, alors que les menaces émergentes comme le coronavirus sont prises au sérieux, il est important de garder le recul. Il est notamment important de savoir comment être en bonne santé en se protégeant des autres autres virus qui n’ont pas cessé de circuler. Et il ne faudrait surtout pas devenir complaisants face à des virus plus courants comme la grippe saisonnière.

masques de protection contre le virus

Après s’être rapidement propagé en Chine et dans d’autres pays, le coronavirus a affecté 13 cas aux États-Unis au 13 février. Le premier décès d’un citoyen américain a également été signalé en février.

En comparaison, des millions de personnes contractent la grippe saisonnière et des dizaines de milliers en meurent chaque année. Bien que la gravité varie d’une année à l’autre, les cliniciens affirment que la grippe saisonnière présente un danger très important pour beaucoup de pays à travers le monde. « La plus grande menace est la grippe », explique le Dr Jerry Zuckerman. Zuckerman est spécialiste des maladies infectieuses et vice-président de la prévention et du contrôle des infections à Hackensack Meridian Health à Edison, New Jersey.

Comment être en bonne santé et se protéger de la grippe et des autres virus connus

coronavirus mesures de protection

Il est difficile de comptabiliser précisément l’impact de la grippe saisonnière. De nombreux cas ne sont pas confirmés ou n’entraînent pas de soins médicaux pour une personne. Mais pendant la seule saison grippale 2018-2019, les Centers for Disease Control and Prevention estiment que l’infection par le virus de la grippe aux États-Unis peut être résumée de la manière suivante :

  • 37,4 millions à 42,9 millions de maladies symptomatiques
  • 17,3 millions à 20,1 millions de visites médicales
  • 531 000 à 647 000 hospitalisations
  • 36 400 à 61 200 décès.

Le vaccin contre la grippe – comment fonctionne-t-il ?

vaccin contre la grippe

Dr Gary LeRoy est président de l’American Academy of Family Physicians. Il encourage fortement les gens à se faire vacciner contre la grippe chaque année. L’adéquation d’un vaccin avec une souche de grippe varie d’une saison à l’autre, augmentant ou diminuant son efficacité. Mais les experts soulignent que ce geste simple protège encore beaucoup de personnes contre la grippe. Du même coup, il réduit la gravité de la maladie chez ceux qui sont infectés. Il diminue également la propagation globale du virus.

« Cela peut réduire la probabilité que vous ayez une maladie grave causée par le virus », explique LeRoy. Il ajoute qu’il est important de savoir qui est le plus vulnérable. « Les enfants et les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou celles souffrant de troubles respiratoires comme la maladie pulmonaire obstructive chronique ou l’asthme sont vraiment sensibles à ces virus et peuvent devenir gravement malades ou en mourir», explique LeRoy.

La grippe, une menace sous estimée ?

comment se protéger des virus

Les experts affirment qu’il est important de résister à l’envie de négliger la menace posée par cette condition commune. « La grippe est certainement un peu sous-estimée », fait écho Rachel Graham. Graham est professeur adjoint d’épidémiologie à l’UNC Gillings School of Global Public Health. « Je pense que les gens y sont tellement habitués ; ils assimilent la grippe à un mauvais rhume. Mais en réalité, la grippe peut être très dangereuse – surtout si vous parlez de très jeunes ou de personnes très âgées ou de personnes immunodéprimées ».

Avec une large disponibilité des vaccins, plus de personnes devraient être protégées qu’elles ne le sont en pratique. Tel est l’avis de beaucoup d’experts en santé publique. Mais parce que beaucoup de personnes ne se font pas vacciner, « et aussi parce que les gens ont tendance à aller travailler avec des symptômes, ils ont tendance à aller à l’épicerie avec des symptômes, les choses se propagent », dit Graham.

Comment être en bonne santé et se protéger à travers la bonne hygiène

se laver les mains virus

Outre la vaccination contre la grippe, le lavage des mains est fortement encouragé pour se protéger contre la propagation de nombreuses maladies infectieuses différentes. Cela vaut d’ailleurs aussi pour le coronavirus et le rhinovirus, le virus responsable des rhumes les plus courants.

Ce qui est devenu clair avec le nouveau coronavirus, c’est que le risque de transmission est plus élevé lorsque les gens sont malades. Il se transmet de personne à personne principalement via des gouttelettes respiratoires. En d’autres termes, ils se transmet par la toux, l’éternuement, lorsqu’on touche son nez et, ensuite, lorsqu’on entre en contact avec une autre personne. Tout comme la grippe, le lavage des mains est un moyen important pour les individus de réduire leur risque de contracter un coronavirus, explique le Dr Albert Ko. Ko est président du département d’épidémiologie des maladies microbiennes à la Yale School of Public Health.

En fait, se laver les mains avec du savon et de l’eau est peut-être la protection la plus importante contre les infections virales. De plus, le virologues indiquent qu’il est prudent de rester à la maison lorsqu’on est d’une maladie infectieuse.

Menaces virales – ce qu’il faut savoir pour se protéger

menace des virus comparaison

Il peut être difficile d’évaluer le danger d’une menace émergente, comme le coronavirus. Mais l’estimation initiale de l’Organisation mondiale de la santé est qu’environ 2% des personnes qui ont contracté le nouveau coronavirus en sont décédées.

Il n’est pas clair si ce taux de létalité changera à mesure que davantage de cas seront détectés. Mais, à ce stade de la propagation de la maladie, il est clair qu’il a affecté gravement plus de personnes que ne l’a fait le SRAS. De plus, le coronavirus continue d’élargir sa portée. « Nous pouvons peut-être retarder la propagation, mais il n’est pas clair si nous pouvons réellement empêcher la propagation », explique Ko.

Quels sont les effets des épidémies et sont-ils comparables à celle du Covid 19 ?

être en bonne santé

Voici comment on peut comparer les effets de plusieurs épidémies de coronavirus, selon l’OMS :

  • 2019-nCoV: la dernière menace de coronavirus: au 13 février, environ 60000 cas avaient été signalés, la plupart en Chine. Plus de 400 cas confirmés dans 24 autres pays et plus de 1300 décès dans le monde.
  • SRAS (SARS-CoV): 8 098 cas dans 26 pays, avec 774 décès. Aucun cas connu de SRAS n’a été signalé depuis 2004.
  • MERS (MERS-CoV): nouveaux cas encore signalés; 2499 cas confirmés en laboratoire dans 27 pays entre avril 2012 et décembre 2019; 861 décès.

Il n’y a eu que deux cas confirmés de MERS aux États-Unis, selon le CDC. Tous deux étaient des professionnels de la santé qui avaient vécu et travaillé en Arabie saoudite, où la maladie a été signalée pour la première fois. Les deux individus ont été hospitalisés aux États-Unis et se sont complètement rétablis.

Au total, 75 cas probables de SRAS et aucun décès n’ont été signalés aux États-Unis.

Et qu’en est-il du virus de la grippe porcine (H1N1) ?

En comparaison, la pandémie de grippe porcine, ou H1N1, qui s’est propagée à travers le pays et le monde en 2009 et 2010 a entraîné environ 60,8 millions de cas, 274 304 hospitalisations et 12 469 décès aux États-Unis seulement, selon le CDC. Originaire de porcs, le virus s’est propagé rapidement d’une personne à l’autre. À l’échelle mondiale, la grande majorité des décès est survenus chez des personnes de moins de 65 ans. Cela diffère de la grippe saisonnière typique. Dans le cas de celle-ci, la plupart des décès concernent des personnes âgées.

Le virus de la grippe H1N1 circule encore aujourd’hui avec la grippe saisonnière. En revanche, il n’affecte pas autant de personnes qu’il ne l’était lors de son apparition. Il est également couvert par le vaccin contre la grippe. Voilà donc une autre raison de se faire vacciner !

Comment varient les menaces virales ?

miscroscope et étude virologie

Les menaces virales varient considérablement, tout comme les organismes microscopiques eux-mêmes. Voici trois exemples qui illustrent la vaste gamme et la variabilité de leur propagation:

  • VIH / SIDA
  • Rougeole.
  • Virus du Nil occidental.

Le VHI continue d’être une épidémie sur le plan mondial

grippe vih virus et santé

Le VIH continue d’être une épidémie. C’est une menace virale de premier ordre, note Zuckerman. Le VIH se propagea en entrant en contact avec des fluides corporels. Le plus souvent, cela se produit lors de rapports sexuels non protégés ou en partageant des aiguilles. Ce virus attaque le système immunitaire du corps.

Les améliorations du traitement ont également contribué à réduire la propagation du VIH. Plus d’un million de personnes ont le virus et 1 sur 7 qui ne le sait pas, selon les données fédérales. Plus de 16 000 personnes sont mortes de la maladie en 2017, selon les derniers chiffres du gouvernement américain.

La rougeole réapparaît en raison de la baisse de vaccinations

virologie médecine dangers des épidémies

Un effort concerté a été fait pour réduire la propagation du VIH. En revanche, une autre menace virale, la rougeole, réapparaît en raison de la baisse des taux de vaccination à certains endroits. « Nous avons vu une forte résurgence de la rougeole aux États-Unis », dit Zuckerman.

Au total, 1282 cas individuels de rougeole ont été confirmés dans 31 États du 1er janvier au 31 décembre 2019, selon les autorités du pays. Cela a entraîné plus de 100 hospitalisations et signalé des complications. Parmi elles, notamment une pneumonie et une inflammation du cerveau, c’est-à-dire une encéphalite.

C’est le plus grand nombre de cas signalés aux États-Unis depuis 1992. Les autorités notent que près des trois quarts des cas étaient liés aux récentes flambées de rougeole à New York. La plupart des cas concernaient des personnes non vaccinées contre la rougeole.

Le virus du Nil occidental se propage par les moustiques

moustiques et protection des virus

Une autre menace virale que nous traitons maintenant chaque année est le virus du Nil occidental, qui est apparu pour la première fois aux États-Unis en 1999. Il se propage par des moustiques infectés et peut provoquer des symptômes tels que fièvre, maux de tête, éruptions cutanées et vomissements. Moins de 1% développeront une maladie neurologique grave comme l’encéphalite.

Selon le CDC, en 2019, il y avait 917 cas confirmés et probables de Nil occidental, entraînant 51 décès. C’est un rappel de plus que lorsqu’il s’agit de vous protéger, vous et votre famille, contre les menaces virales. Pour cela, l’approche,  à l’instar des virus eux-mêmes, doit être dynamique.

« Pour les choses qui sont transmises par les moustiques, comme nous le voyons pendant l’été, alors la protection utilise des répulsifs contre les moustiques, en utilisant des vêtements qui couvrent la peau « , dit Zuckerman. « Cela dépend donc de la saison et du virus de certaines des mesures de protection que vous pouvez prendre ».