Les déchets alimentaires, un problème majeur du tourisme de masse

Publié dans 19/11/2019 par Claire Deschamps

déchets alimentaires touristes

Le tourisme de masse est associé à un afflux important de visiteurs sur certains sites en Europe et à travers le monde. En plus, ces visiteurs sont à l’origine d’une qualité de déchets alimentaires importante.

Le tourisme de masse à l’origine d’une quantité importante de déchets alimentaires

déchets alimentaires problèmes tourisme de masse

Les déchets alimentaires produits par les touristes un problème plus important qu’on ne le pensait. C’est ce qu’indique une étude réalisée par des chercheurs finlandais et californiens. Ceux-ci ont travaillé ensemble pour en arriver aux conclusions en question.

Les déchets alimentaires font l’objet de mesures dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration

Environ 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont consommées chaque année. Cela équivaut à un tiers de la consommation mondiale, selon les estimations des chercheurs. Le problème des déchets alimentaires produits par les hôtels et les restaurants est bien connu et il est à l’origine de mesures destinés à en apporter une solution.

Par exemple, selon plusieurs médias, les autorités de Dubrovnik envisagent d’interdire l’ouverture de nouveaux restaurants pendant cinq ans. En même temps, des établissements nouveaux ne pourront pas être aménagés dans les locaux de ceux qui ont décidé de fermer leurs portes. Cette mesure drastique fait partie d’un plan anti-tourisme dans la ville croate. Celle-ci s’est vue occupée par les touristes après avoir été utilisée comme lieu de tournage de Game of Thrones.

Les autorités ont besoin de nouvelles mesures pour répondre aux nouvelles réalités

Mais le problème des déchets produits par les touristes eux-mêmes n’a pas fait l’objet d’une étude en détail jusqu’à présent.

Au cours de la dernière décennie, les formes de voyage nouvelles et inconnues se sont développées rapidement et sont devenues populaires. Les voyageurs sont responsables des déchets qu’ils produisent. Mais, pour les autorités locales, ils restent difficiles à trouver. Du coup, des mesures destinés à limiter ces déchets sont aussi difficiles à appliquer à cette partie de touristes. Juho Pesonen est responsable du projet à l’Université de Finlande. Il a déclaré : « Nous avons besoin d’un modèle décrivant la manière dont les ménages touristiques génèrent leurs déchets alimentaires et leur évolution au fil du temps ».