Déchets électroniques générés : des chiffres record pour 2019

Publié dans 2/07/2020 par Claire Deschamps

déchets électroniques 2019

L’année 2019 a établi un record pour la quantité de déchets électroniques générés dans le monde. Celui-ci consiste en 53,6 millions de tonnes métriques de téléphones, d’ordinateurs, d’appareils ménagers et d’autres appareils jetés. C’est plus que le poids combiné de tous les adultes en Europe. Il s’agit également d’une augmentation de 21 % depuis 2014, selon un nouveau rapport international. Telles sont les informations qu’on peut tirer d’un rapport récent.

Déchets électroniques générés : des chiffres record

Seulement 17 pour cent de ces déchets ont été officiellement recyclés, selon le rapport. La grande majorité d’entre eux ont été envoyés dans une décharge, incinérés ou ont disparu quelque part dans l’éther bureaucratique lorsque les fonctionnaires ont perdu la trace. Le rapport était destiné à documenter les progrès globaux dans la gestion des déchets électroniques, disent les auteurs de l’article. Au lieu de cela, ils ont découvert que le monde s’est retiré.

« Seulement 17 pour cent de ces déchets ont été officiellement recyclés »

On s’attend à ce que le problème ne s’aggrave. La quantité de déchets électroniques devrait presque doubler par la mesure de 2014 d’ici 2030. Selon le rapport, il s’agit d’un danger pour la santé des gens, car la litière peut empoisonner les personnes qui les dirigent et l’environnement environnant.

« Nous sommes au début d’une sorte d’explosion due à l’augmentation de l’électrification que nous voyons partout », explique Ruediger Kuehr. Kuehr est l’un des auteurs du rapport et directeur du Programme des cycles durables de l’Université des Nations Unies. « commencer par les jouets, si vous regardez ce qui se passe autour de Noël, tout est livré avec une batterie ou une prise. Et ça continue avec les téléphones portables, les téléviseurs et les ordinateurs », dit-il.

L’équipe de Kuehr a travaillé avec l’Union internationale des télécommunications, l’Association internationale des déchets solides, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, l’Organisation mondiale de la santé et le Ministère allemand de la coopération et du développement économiques dans le rapport. Il s’agit du troisième rapport global produit depuis 2014.