Prévention de la démence – les mesures recommandées par l’Organisation mondiale de la santé

Publié dans 17/05/2019 par Claire Deschamps

démence causes prevention

Le surpoids, l’hypertension artérielle et les taux de cholestérol élevés peuvent-ils favoriser la démence ? L’Organisation mondiale de la santé a publié pour la première fois une liste des facteurs pouvant causer la démence. Elle conseille notamment aux gouvernements de prendre des mesures pour en réduire le risque.

Plus de 50 millions de personnes dans le monde souffrent de démence ou de la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs indiquent que ce nombre de personnes peut doubler dans les années à venir, voire tripler.

Prévention de la démence – les mesures recommandées

démence prevention lutte oms

L’exercice, l’abstinence du tabagisme et une alimentation saine gardent notre cerveau en forme. Le sport et les exercices actifs sont des mesures préventives contre cette maladie. Les personnes qui restent actives au quotidien et qui bougent beaucoup sont moins à risque de démence. L’OMS recommande de faire du sport et de se promener tous les jours.

L’activité physique met le cerveau à pleine vitesse. Même les patients atteints de démence peuvent faire certains exercices pour améliorer leur capacité à fonctionner.

Ne pas fumer, c’est également un atout dans la lutte contre la maladie. Cela est répertorié comme une mesure préventive importante. Fumer pourrait déclencher la maladie. Ce petit vice est considéré comme un facteur de risque.

Une alimentation saine et la perte de poids figurent également à titre de mesures préventives dans les directives. L’OMS conseille un régime méditerranéen. Fruits et légumes de saison, poisson et pain complet figurent parmi les aliments recommandés. En revanche, les aliments gras, tels que certains fromages, sont découragés.

Prévention de la démence : la formation cognitive est très importante

Les passe-temps exigeants, les activités culturelles et beaucoup de lecture, telles sont les activités qui aident à garder le cerveau à rester en forme à l’âge adulte. Toute personne qui reste socialement active, même après sa retraite, et qui rencontre régulièrement d’autres personnes est moins exposée au risque de la maladie.

En tout état de cause, le facteur de risque le plus important est l’âge croissant. Les personnes de moins de 65 ans sont nettement moins exposées au risque de démence. A partir de 65 ans, en revanche, une personne sur quatre souffre de troubles de la mémoire. Depuis l’âge de 90 ans, une personne sur deux souffre de cette maladie.

lutte contre la demence prevention