Une étude cherche à comprendre la dépendance de l’alcool

Publié dans 1/11/2019 par Claire Deschamps

dépendance de l’alcool causes

Des chercheurs de l’Université de la Californie de Sud ont identifié une zone cérébrale responsable de mauvaises habitudes alimentaires et de la dépendance de l’alcool. Elle pourraient expliquer la dépendance de certaines personnes à l’égard de l’alcool et des produits sucrés. Les résultats de la recherche ont été diffusé par MedicalXpress.

Dépendance de l’alcool – une étude tente d’en expliquer les origines

dépendance de l'alcool études

Le réseau neuronal ouvert produit un neuropeptide clé. Celui-ci affecte l’impulsivité. Il est connu sous le nom d’hormone concentrant la mélanine. Il est utilisé par les neurones de l’hypothalamus et il est associé à la formation d’appétit et à la tendance à prendre des médicaments.

Une expérience montre la relation entre la mélanine et le comportement impulsif

Dans une série d’expériences menées sur des rats, les chercheurs se sont focalisés sur l’impulsivité. Ils avancent l’idée qu’elle n’est pas liée à la sensation faim. Dans une expérience, un rat a appuyé sur un levier et a reçu des aliments riches en graisses et en glucides. Le rongeur a de nouveau subi un tel traitement que s’il appuyait sur le levier 20 secondes plus tard. Le rat est devenu impatient et a souvent appuyé sur le levier avant l’expiration du délai de 20 secondes.

Dans d’autres expériences, les rats ont pu choisir entre deux leviers. En appuyant immédiatement sur un levier, les rats pouvaient recevoir une récompense tout de suite. En appuyant sur l’autre levier, il pouvait recevoir en récompense 5 friandises mais il devait attendre entre 30 et 45 secondes. Les rongeurs ont choisi d’appuyer sur le premier levier.

Les chercheurs de l’Université de Californie de Sud ont examiné le cerveau des rongeurs pour déterminer quels neurones produisent de l’hormone concentrant la mélanine. Le comportement impulsif est responsable des cellules de l’hypothalamus latéral. Par l’intermédiaire du neuropeptide, celui-ci transmet des signaux aux neurones mémoires de l’hippocampe ventral.