Effets coronavirus: quelles sont les conséquences du coronavirus sur tout le corps?

Publié dans 20/07/2020 par Laetitia Lasalle

effets coronavirus pour la santé

Puisque le nouvel SARS CoV-2 a été découvert il y a très peu de temps encire, les effets coronavirus sur le corps à long terme restent encore peu connus. Et même si les scientifiques essayent de trouver des parallèles avec les deux autres coronavirus le SARS et le MERS, cela prendre du temps de bien connaitre les conséquences et les effets coronavirus sur le corps.

Le COVID-19 peut causer de nombreux symptômes dont la sévérité varie chez les différentes personnes. Certaines personnes peuvent être asymptomatiques ou avec peu de symptômes légers, alors que d’autres ont besoin d’être hospitalisés soignées. Généralement, en étant un virus respiratoire, le COVID-19 peut causer essoufflement, fatigue et maux des muscles. Comme la pandémie a évolué et les cas cliniques documentés se sont accumulés, un nouvel symptôme a apparu – la perte partielle ou totale du gout et de l’odeur. Ce symptôme n’est pas inhabituel pour les infections respiratoires, mais ce qui est inhabituel est que certaines personnes ont ce symptôme sans les autres symptômes habituels de l’infection.

Les effets coronavirus n’affectent pas seulement les poumons – l’infection pourrait avoir des conséquences sur tout le corps

effets coronavirus sur le corps

Il est aujourd’hui clair que les effets coronavirus ne s’arrêtent pas au système respiratoire et certaines personnes ont signalé des problèmes avec l’estomac et les reins. Les patients avec des symptômes sévères ont vécu ce que l’on appelle une ‘tempête de cytokines’ dans laquelle le système immunitaire du corps entre dans une surmultipliée potentiellement mortelle et conduit à une défaillance de plusieurs organes. Cela a également été observé avec la grippe, le SRAS et le MERS-CoV. Oui, le COVID-19 est connu principalement comme une infection respiratoire. Pourtant, le pathogène agressif SARS CoV-2 n’attaque pas seulement les poumons, mais également le cœur, les nerfs, le cerveau, les vaisseaux, les reins et la peau.

Bien-sûr les poumons et les voies aériennes sont le point central d’attention avec le syndrome respiratoire du coronavirus. Puisque le pathogène du nouveau SARS-CoV-2 attaque principalement les voies respiratoires inférieures, les personnes infectées qui ont vécu un cours sévère ou modéré de la maladie ont de la tousse sèche, essoufflement ou une pneumonie.

Il existe maintenant de nombreuses indications que les effets coronavirus vont au-delà de l’attaque sur les poumons et le virus attaque également d’autres organes à grande échelle et peur affecter sévèrement le cœur, les vaisseaux sanguins, les nerfs, le cerveau, les reins et même la peau.

Les conséquences coronavirus pourrait être très graves pour le coeur

effets coronavirus sur le coeur

Effets coronavirus sur le cœur

Plusieurs études scientifiques et documents par les pays affectés par le coronavirus, y inclus les Etats-Unis, la Chine et l’Italie suggèrent que le SARS-CoV-2 attaque également le cœur. L’évidence se base non seulement sur la mortalité beaucoup plus élevée chez les patients avec COVID qui souffraient en plus de maladies cardiovasculaires et pression artérielle élevée : Plusieurs études scientifiques ont également montré que les patients avec des symptômes sévères de la maladie ont souvent des biomarqueurs sanguins élevés libérés par les cellules du muscle cardiaque détruites et mourantes. Chez beaucoup de patients sans maladies ultérieures, l’infection du virus a parfois causé des myocardites ou inflammation du muscle du cœur.

Il reste à voir si le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 lui-même cause ces dommages au cœur ou – comme cela semble plus probable – le mal est causé par les réactions immunitaires déclenchées par l’infection. Pourtant, des dommages sévères du cœur se sont également présenté chez certains patients avec SARS et MERS et ces pathogènes SARS-CoV et MERS CoV sont très étroitement liés au coronavirus SARS-CoV-2 actuel.

Les poumons sont souvant l’organe le plus endommagé par le COVID-19

effets coronavirus sur les poumons

Effets coronavirus sur les poumons

Même si les poumons peuvent récupérer par le COVID-19 sévère, ils peuvent également souffrir de dommages de sévérité variables. Le SRS-CoV-2 entre les cellules des voies aériennes à travers le récepteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), une molécule qui connecte l’intérieur de nos cellules à l’extérieur à travers la membrane cellulaire. Quand cela se produit, certaines personnes réagissent à la présence du virus en produisant une réponse immunitaire intense connue comme la tempête de cytokines avec une coagulation du sang augmentée ce qui mène à l’endommagement des cellules des poumons.

Le corps remplace les cellules endommagées par le virus avec du tissu cicatriciel qui est épais et rigide. Ceci peut résulter en une condition appelée fibrose pulmonaire qui a été observée chez des personnes avec COVID-19 et il est plus susceptible à se développer si les poumons sont sévèrement affectés par l’infection. La condition peut causer de l’essoufflement en faisant des activités qui ne demandent généralement pas d’efforts. Les médicaments utilisés pour traiter la cicatrisation peuvent aider.

On ne sait pas toujours quel est l’impact de la fibrose pulmonaire après l’infection, mais elle pourrait mener à des symptômes à long terme et une baisse progressive de la fonction pulmonaire. C’est la raison pour laquelle il est important de suivre la condition chez les personnes qui souffrent des symptômes sévères du COVID-19. Pourtant les autres coronavirus comme le SARS et le MERS pourraient aider à prédire les effets coronavirus sur les poumons à long terme.

On sait que le SARS peut causer une fibrose pulmonaire et les grandes analyses du SARS et du MERS ont montré de la fonction pulmonaire affaiblie, ainsi qu’une capacité physique affaiblie chez des personnes affectées par ces infections jusqu’à six moins après la sortie de l’hôpital. Pourtant, une suivie de 15 ans de patients a montré une amélioration de la fonction pulmonaire et moins de dommages visibles avec le temps. Une étude précoce chez les personnes se remettant par le COVID-19 a trouvé que de tels endommagements s’améliorent également les premières quelques semaines après la sortie de l’hôpital.

effets coronavirus sur les vaisseaux sanguins

Effets coronavirus sur les vaisseaux sanguins

Durant l’autopsie de patients décédés de COVID-19, les pathologistes à l’Hôpital Universitaire de Zurich ont découvert que chez certains d’entre eux la couche cellulaire entière à l’intérieur des vaisseaux sanguins et des vaisseaux lymphatiques d’organes variés a été inflammée.  Les scientifiques ont conclu que le nouvel coronavirus SARS-CoV-2 mène à une inflammation généralisée dans l’endothélium à travers les récepteurs ACE2. Ceci peut mener à des troubles microcirculatoires sévères qui endommagent le cœur et causent un embolisme pulmonaire et une occlusion vasculaire dans le cerveau et le tract intestinal. En résulta, une défaillance multiviscérale se produit qui mène souvent à la mort.

conséquences covid-19 sur le système nerveaux

Effets coronavirus sur le système nerveux

Une revue de 50 études scientifiques a révélé que le SARS-CoV-2 affecte presque tous les niveaux du système nerveux et peut mener à des AVC, des attaques et des maux dans les muscles chez les personnes infectées. Certains patients souffrants du COVID-19 peuvent avoir des symptômes légers comme des maux de tête, des vertiges, une vigilance réduite et des difficultés dans la concentration et la perte du gout et de l’odorat.

Basé sur des expériences ultérieures avec les coronavirus, le SARS-CoV-2 pourrait avoir un impact sur le système nerveux de trois façons : par une invasion directe, en conséquence d’autres conditions médicales comme des AVC ou le syndrome Guillian-Barre, ou un désordre dans le système immunitaire, d’après une revue publiée dans le journal Annals of Neurologie.

Chez plus de 80 percent des patients souffrant du COVID-19, un désordre dans le sens du gout et de l’odorat est observé. Une telle ageusie ou anosmie se produisent tout au début de l’infection et le COVID-19 peut être diagnostiqué très tôt sur la base de ses symptômes. En effet, dans une infection grippale normale, déclenchée par des adénovirus, les troubles olfactifs et gustatifs ne surviennent qu’à un stade avancé de la maladie.

Cette observation qui parait banale au premier regard montre pourtant que chez beaucoup de patients le système nerveux est également affectée par le nouvel coronavirus SASA CoV-2. En effet, le nerf olfactif mène de la muqueuse nasale à travers l’os du crâne directement dans le cerveau. Chercheurs scientifiques de la Belgique ont trouvé que les cellules nerveuses servent comme une porte pour le virus vers le système nerveux central.

conséquences coronavirus sur le cerveau

Effets coronavirus sur le cerveau

Les infections ultérieures MRES et SARS ont déjà montré une pénétration similaire du virus via les nerfs dans le cerveau. Quand un patient au Japon infecté avec le nouveau coronavirus a montré des signes de crise d’épilepsie, il a été diagnostiqué avec une méningite causée par le coronavirus qui a pénétré le système nerveux central.

Des chercheurs scientifiques de Japon et de la Chine ont peur que chez certaines personnes, le pathogène pénètre le tronc cérébral et endommage le centre respiratoire qui se trouve là. Ceci pourrait expliquer pourquoi les patients plus âgés avec du COVID-19 en particulier arrêtent parfois de respirer sans avoir eu de problèmes de respiration massifs auparavant dû à l’infection des poumons. Il n’est toujours pas clair si le SARS-CoV-19 pourrait causer des attaques cérébrales.

conséquences covid-19 sur les reins

Effets coronavirus sur les reins

Si les patients avec une pneumonie causée par le COVID-19 ont besoin d’être ventilés, ceci pourrait également endommager les reins. De l’insuffisance rénale aigue se produit assez souvent. Puisque la pneumonie peut souvent causer l’accumulation de beaucoup de fluides dans les poumons, les patients reçoivent des médicaments qui éliminent les fluides par le corps. Pourtant ceci réduit le flux sanguin vers les reins et ils ne peuvent plus remplir leurs fonctions de nettoyage.

En plus de cela, le sang coagule plus rapidement dans les cas sévères du COVID-19. En résultat se forment plus facilement des caillots de sang qui bloquent ensuite les vaisseaux sanguins et souvent également les reins. De petits infections dans le tissu des reins ont été observés chez les patients avec une pneumonie.

Dans environ 30 percent de ces patients, les reins sont très limités à tel point qu’une dialyse est nécessaire. Il n’est pas encore clair si les reins guérissent après que le patient guérit du SARS-CoV-2 ou si le SARS-CoV-2 déclenche d’endommagement à long terme des organes.

conséquences du COVID 19 sur le corps

Effets coronavirus sur la peau

Le nouveau coronavirus SARS-CoV-19 cause apparemment des dommages visibles sur l’organe le plus large du corps humain, c’est-à-dire la peau. Il existe des rapports de plusieurs pays dans le monde où des patients avec le COVID-19 ont montré des lésions significatives de la peau.

De petites lésions dermatologiques sur les pieds se sont produites en particulier chez les enfants et les personnes plus jeunes. Ces plaques de couleur pourpre ressemblent à celles causées par la rougeole, la varicelle ou l’engelure. Sur les orteils, les lésions ressemblent généralement à des engelures ou à des motifs réticulaires formés, normalement causés par les caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins. Parfois pourtant, des marques, des rougeurs et des et éruptions cutanées ont également été observés sur d’autres parties du corps. Il est possible que la décoloration bleuâtre de la peau soit due à des caillots sanguins pathologiques qui peuvent également être causés par le nouveau coronavirus.

Les effets coronavirus sur la condition physique générale d’une personne est tout aussi importante. Les patients qui ont besoin d’une ventilation mécanique pendant une longue période de temps perdent une masse significative de muscles, en les laissant très faibles même après la guérison de leurs poumons.

Les personnes qui ont déjà des réserves limitées comme par exemple les personnes âgées peuvent être déconditionnées même après avoir eu des symptômes légers du COVID-19. Ceci peut réduire leur capacité de vivre indépendamment, alors ces personnes auront certainement besoin d’aide spécialisée.

Nous ne sommes qu’à sept mois après la première apparition du COVID-19, alors il est trop tôt de dire quelle sera l’ampleur des impacts à long terme de l’infection. Il y a encore beaucoup de questions sans réponses. Qui est le plus à risque des effets à long terme du COVID-19 ? Et peut-on éviter cela ?

Alors que la plus vaste majorité des personnes qui contractent le COVID-19 vont fera une récupération complète, nous sommes susceptibles de voir plus de personnes atteintes de fibrose pulmonaire ou de lésions pulmonaires persistantes après ARDS causé par le COVID-19. Beaucoup seront gravement affaiblis pendant un certain temps après une infection grave, et certains auront besoin d’oxygène à domicile. Répondre aux besoins de santé et de soins à long terme de ces personnes posera un défi de taille.

  conséquences du covid 19 sur la peau      effets coronavirus sur le corps