Facebook s’attaque aux fake news par une section Actualités

Publié dans 29/10/2019 par Claire Deschamps

fake news facebook

Facebook a annoncé à plusieurs reprises que son équipe fait des efforts pour s’attaquer aux fake news diffusées via le réseau social. Afin de proposer une source d’informations plus fiable, le réseau entend introduire une nouvelle section Actualités. Elle comprendra uniquement des informations provenant de sources sélectionnées et vérifiées.

Facebook lance une nouvelle section Actualités pour s’attaquer à la menace des fake news

La section présentera des nouvelles relatives aux préférences et aux intérêts des consommateurs. Il y aura plusieurs catégories de nouvelles disponibles. Parmi elles, on trouvera des infos sur les divertissements, la santé, les affaires, les sciences et technologies et les sports. Les algorithmes utilisés par le système s’auto-éduqueront. Pour cela, ils reposeront sur le contenu qui intéresse les utilisateurs en fonction du partage, des préférences et du suivi.

L’analyse personnelle comme remède contre les fake news ?

fake news rubrique actualités

Pour créer cette nouvelle section, Facebook s’est associé à l’industrie des médias. Cela a aidé le réseau social à déterminer que le contenu original n’avait pas été évalué de manière satisfaisante par l’intelligence artificielle (IA). Cette lacune a été comblée par la formation d’une équipe de personnes chargée de relire manuellement certaines publications. Il sera possible de masquer des sujets et des éditeurs pour lesquels les utilisateurs ne souhaitent pas recevoir d’informations.

En outre, ils pourront également ajouter leurs abonnements payants pour certains numéros. La société Facebook a défini des exigences et des règles assez strictes pour les éditeurs. Elles s’appliqueront aux  informations qui  figureront dans la nouvelle section.

A cet égard, certains observateurs ont énoncé leur préoccupation quant aux critères et à l’accès aux informations fiables. L’accès des éditeurs plus petits à la nouvelle section est notamment un point qui fait problème.

Initialement, la nouvelle section sera disponible pour un nombre limité d’utilisateurs aux États-Unis. Il sera progressivement étendu au reste des personnes sur Facebook.