Hiverner un jardin : les bonnes pratiques

Publié dans 4/08/2022 par Claire Deschamps

À partir du mois de septembre, vous devez hiverner votre jardin pour mettre vos plantes frileuses à l’abri du froid. Face à l’excès d’humidité, au vent et à la diminution des températures, certaines plantes peuvent manquer d’air, puis se fâner. Différentes solutions permettent de préparer ces végétaux de la rigueur de l’hiver.

Pourquoi faut-il préparer son jardin pour l’hiver ?

hiverner un jardin

Dès l’automne, votre jardin doit être bien préparé pour l’hiver. Une telle démarche permet de protéger vos plantes des dommages provoqués par le froid. Cette solution est également nécessaire pour obtenir une terre raffermie et assez riche pour accueillir de nouveaux plants lorsque les beaux jours reviennent. Pour ce faire, vous n’aurez pas à utiliser d’appareils en particulier. Vos équipements de jardinage, tout comme votre tronçonneuse élagueuse, peuvent bien rester à leur place. Parfois, quelques gestes suffisent.

Pour laisser vos végétaux exposés à la lumière tout en les mettant au sec, déplacez certains d’entre eux dans votre maison ou votre garage. Utilisez un voile d’hivernage pour protéger la partie aérienne des éléments en pleine terre. Avec du buttage ou du paillage, vous pouvez mettre les racines et le sol à l’abri du grand froid.

Protéger le sol du grand froid

hiverner un jardin proteger sol

Il est essentiel de mettre le sol à l’abri du grand froid à l’aide d’engrais verts ou d’une couverture végétale nutritive. Cette technique est notamment utilisée en fin de saison par les jardiniers afin de préparer le sol pour les prochains semis.

Avantages des engrais verts

Ces dernières années, professionnels, amateurs et jardiniers privilégient désormais les techniques anciennes à travers la permaculture, la culture du vivant et la culture bio. L’ajout d’engrais verts ou de végétaux fait partie de ces méthodes. En général, ces derniers sont constitués de légumineuses plantées à la fin de l’été à la place des légumes dont la récolte prend fin.

Au cours de leur croissance, ils décompactent le sol en profondeur intervenant ainsi dans sa structuration. Le sol est également nourri lorsqu’ils se décomposent. Au printemps, le jardinier se charge de le mélanger à la terre pour le laisser continuer à se décomposer afin de nourrir les plantes.

Une couche protectrice grâce à la couverture végétale

La couverture végétale ou hivernale aide le sol à former une couche protectrice remplie d’humus et d’ingrédients constituant le paillage. À long terme, ils enrichissent le sol en se décomposant. Cette couverture est composée de matières végétales destinées à réduire, voire empêcher l’érosion du sol. Sa présence est nécessaire au cours des périodes de grands froids, de coups de vent ou de pluies pour éviter le « lessivage » du sol pouvant altérer sa capacité fertile et nourrissante.

Hivernage des plantes en pleine-terre

conseils hivernage de plantes

Pour hiverner les plantes en pleine-terre, il est recommandé de recourir à la technique du buttage ou du paillage.

Le buttage

Adaptée aux rosiers, la technique du buttage leur permet de mieux résister au vent. Afin de favoriser la croissance des racines et de les renforcer, il suffit de ramener de la terre au pied de la plante. Cette méthode peut notamment être réalisée en complément du paillage.

Le paillage

Le paillage au pied peut être obtenu à partir de copeaux, fougères, paille, branches de conifères, paillis de lin, tourbe, feuilles coriaces de platane, etc. Pour le réaliser, vous devez appliquer environ 10 à 20 cm d’épaisseur de cette couche protectrice au pied de la plante. Cette dernière vise à protéger les racines en gardant la chaleur, notamment pendant les périodes les plus rudes.

Afin de limiter l’humidité des matériaux, il est conseillé d’effectuer cette méthode par beau temps. Efficace pour les plantes en pleine-terre, elle convient aussi pour celles dites hors-sol.

Hivernage des plantes hors-sol

préparer les plantes pour l'hiver

Les plantes hors-sol peuvent être hivernées à l’aide d’un auvent, d’un manchon à rembourrer, d’un voile, de vitres ou dans un local hors gel.

Un auvent

L’auvent permet de maintenir la terre bien sèche et d’augmenter la protection des murs exposés au sud qui accumulent la chaleur pendant la journée pour la diffuser tout au long de la nuit. Une haie ou un angle de terrasse est moins efficace qu’un auvent. Néanmoins, ce type d’élément peut aussi servir d’abri et de coupe-vent. Il est conseillé de rassembler les potées dans la partie du jardin la mieux à l’abri ou la plus chaude.

Un manchon à rembourrer

Le manchon à rembourrer peut être un grillage, une toile de jute, un voile ou un plastique. Cette technique consiste à entourer des troncs fragiles d’une protection maintenue par des piquets ou installée sur des arceaux.

Afin d’y insérer aisément des fougères, des feuilles sèches ou de la paille, il est recommandé d’opter pour un manchon assez large et plus haut que le tronc.

Un voile

Enveloppez le pot de vos végétaux hors-sol dans un voile d’hivernage, dans un papier bulle ou dans une grosse couverture. En fonction de la fragilité de la plante, et en veillant à ne pas l’étouffer, optez pour un voile de 2 à 3 épaisseurs.

Idéal pour la survie de vos végétaux, le voile d’hivernage en non-tissé leur apporte de la chaleur. Il peut être remplacé par un plastique à bulles ou perforé servant également de protection contre le froid, mais pouvant être source de maladies face à la condensation qui retombe sur le feuillage.

Des vitres

Les parties aériennes des succulentes, des cactées et de différentes plantes de rocaille meurent avant l’hiver. Pour les protéger du froid, de la pluie et de l’humidité de l’air, employez des matériaux opaques, de vieilles fenêtres, des plaques transparentes ou des vitres.

Vous pouvez aussi utiliser de grandes pierres plates ou des briques en guise de toit provisoire pour les mettre à l’abri du froid et des pluies. Veillez toutefois à ce que l’air y circule sans embûche. Vos supports doivent être stables et adaptés au terrain.

Un local hors gel

Choisissez un local chauffé doté d’une lumière plus ou moins intense et d’une température plus ou moins élevée pour vos plantes semi-rustiques, certains bulbes ou encore pour vos potées fragiles face au froid. En fonction de l’espace disponible et de vos plantes, abritez-les sur une véranda, dans une pièce non chauffée, une dépendance, un sous-sol, une cave ou un garage.

Pensez à tailler une partie de vos plantes pour qu’elles prennent un minimum de place. Ces dernières doivent être bien saines.