La faim peut entraver la prise de décisions de manière réelle et concrète

Publié dans 13/09/2019 par Claire Deschamps

la faim prise de decisions

Si vous avez déjà pris des décisions extrêmement impulsives alors que vous aviez faim, vous n’êtes pas seul. Une nouvelle recherche publiée dans Psychonomic Bulletin & Review par des chercheurs de l’Université de Dundee a révélé que la faim peut entraver leur prise de décision de manière réelle et concrète.

La faim peut entraver la prise de décisions de manière réelle et concrète

Chose intéressante, les chercheurs ont découvert que cela ne s’appliquait pas qu’à nos décisions en matière d’alimentation. Le docteur Benjamin Vincent, professeur à la Faculté de psychologie, et son ancien étudiant et co-auteur, Jordan Skrynka, souhaitaient étudier les effets de la faim. Pour cela, ils ont donc recruté 50 participants pour une expérience en deux étapes. Elle est basée sur le format d’un test connu sous le nom de “test de guimauve”.

Le test de guimauve

Le test consiste à demander aux participants s’ils veulent une petite récompense maintenant. Ils pouvaient aussi miser sur une récompense plus substantielle plus tard dans l’avenir. En d’autres termes, il leur a été proposé s’ils étaient disposés à attendre. Pour la nouvelle étude, les récompenses offertes étaient: de la nourriture, de l’argent ou de la musique.

Le format de test de guimauve a été utilisé à plusieurs reprises dans la recherche en psychologie pour évaluer la volonté et le pouvoir de la gratification instantanée, en particulier chez les enfants. Il a été notamment populaire dans les années 1960.

L’expérience du Dr Vincent et de Skrynka a toutefois fait la différence. “Nous avons effectué ce test avec des personnes se trouvant dans deux situations différentes: une fois lorsqu’elles sont entrées dans le laboratoire normalement, après le petit-déjeuner et la suivante après ne pas avoir pris de petit-déjeuner”, a déclaré le Dr Vincent à Bustle.

«Nous avons mesuré leur faim à l’aide d’un questionnaire et testé leur taux de sucre dans le sang.» Comme on pouvait s’y attendre, quand les gens avaient faim, ils voulaient de la nourriture maintenant plutôt que de la nourriture plus tard. Et cela, même si la récompense plus tard était plus substantielle.

«Les personnes étaient beaucoup plus concentrés sur les récompenses alimentaires immédiates lorsqu’elles avaient faim. Ce n’est pas une découverte surprenante. »  En d’autres termes, les personnes affamées voulaient toujours des récompenses immédiates. Et cela, même si ce qui leur était offert n’était pas de la nourriture.