L’érosion des sols affecte l’économie sur le plan global

Publié dans 13/12/2019 par Claire Deschamps

errosion des sols économie

Les menaces de la dégradation et de l’érosion des sols et du changement climatique pourraient perturber les approvisionnements alimentaires mondiaux et coûter des milliards.  Plus de 90 pour cent de la nourriture mondiale est actuellemet produite à partir du labour du sol. D’où le fait que c’est un problème qui affecte la planète sur le plan global.

L’érosion des sols, une menace liée au changement climatique

errosion des sols effets

L’érosion des sols signifie que la couche arable se déplace ou s’use. C’est là une menace croissante et qui a le potentiel d’avoir un impact sur le monde entier. Au Malawi, par exemple, l’érosion des sols a affecté entre 0,6 et 2,1% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Tels sont les chffires selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

La baisse du PIB affecte particulièrement  les économies des pays à faible revenu. Les données de la Banque mondiale montrent que le revenu par habitant dans le pays africain était d’environ 389,40 $ en 2018 par rapport aux États-Unis. Dans ce dernier pays, en revanche, le revenu par habitant dépassait 62641 $ en 2018, selon la Banque mondiale.

Un danger pour l’économie sur le plan global

L’érosion des sols a augmenté en raison de ce que la FAO appelle des pratiques agricoles «non durables» et des changements «inappropriés» dans l’utilisation des terres. La déforestation est justement un exemple de ces pratiques. Cette érosion peut entraîner une augmentation pouvant atteindre 3,5 pour cent des prix des denrées alimentaires. En cause : la baisse de la production agricole.

A son tour, cela peut entraîner un resserrement des approvisionnements alimentaires et une hausse des prix. La dégradation des terres est une cause de la pauvreté rurale et déclenche la migration.

Dans le même temps, la sécurité alimentaire, l’adaptation et l’atténuation et même le développement durable sont gravement touchés par le problème.

Par ailleurs, l’érosion des sols constitue également une menace pour l’environnement. Selon la FAO, les sols cultivés dans le monde, c’est-à-dire que les sols qui ont été réorganisés ont perdu entre 25 et 75 pour cent de leurs réserves de carbone d’origine. Elles ont été libérées dans l’atmosphère sous forme de dioxyde de carbone.

Selon l’agence, cela est principalement dû à des pratiques de gestion des terres non durables. Des exemples de celles-ci sont le pompage excessif des eaux souterraines dans le sol et un labour inadéquat. Cette dégradation des terres réduit la capacité du sol à maintenir et à stocker le carbone, ce qui contribue à son tour au changement climatique .