Les smartphones pourront mesurer le taux de pollution avec un capteur de nanoparticules dans l’air

Publié dans 2/10/2020 par Claire Deschamps

nanoparticules dans l'air smartphone

Des chercheurs autrichiens ont mis au point le plus petit capteur capable de mesurer la concentration de nanoparticules dans l’air. L’appareil miniature peut être installé dans un smartphone. Cela permettra à tout appareil de mesurer le taux de pollution de l’air.

Les smartphones pourront mesurer le taux de pollution avec un capteur de nanoparticules dans l’air

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la pollution de l’air cause plus de quatre millions de décès prématurés chaque année. Les particules PM10 d’un diamètre de 10 micromètres et plus petites peuvent pénétrer dans les poumons. Les particules PM2,5 plus petites sont encore plus dangereuses car elles peuvent pénétrer la barrière alvéolo-capillaire dans la circulation sanguine et causer des maladies cardiovasculaires et respiratoires graves.

La concentration de particules pm2,5 peut être mesurée à l’aide de stations d’observation spéciales situées autour des villes. Mais cette méthode est assez coûteuse et intensive en main-d’œuvre. Des chercheurs de l’Université de technologie de Graz, en Autriche, ont pu résoudre le problème en créant le plus petit capteur semi-conducteur pour mesurer la concentration de nanoparticules dans l’air.

Le nouveau dispositif a des dimensions de 12 × 9 × 3 mm. Les chercheurs croient qu’ils ont atteint la limite des capacités technologiques d’une personne. Avec cette taille, le capteur peut être facilement intégré dans les smartphones, les montres intelligentes ou bracelets de fitness.
Le dispositif mesurera la concentration de polluants dans l’air en temps réel et alertera même l’utilisateur si la quantité de nanoparticules dans l’environnement atteint des niveaux dangereux.

En outre, le nouveau dispositif peut être fixé aux murs des maisons afin de créer un réseau de stations d’observation personnelles qui évaluera plus précisément la pollution des zones urbaines. Selon les chercheurs, après avoir commencé la production en série, le prix du nouveau capteur sera un ordre de grandeur inférieur à celui des analogues existants.