Mode de vie sédentaire et son effet négatif sur la santé

Publié dans 25/09/2019 par Claire Deschamps

mode de vie sédentaire effets sante

Deux semaines de mode de vie sédentaire suffisent à causer un effet négatif sur la santé. C’est ce qu’a montré une nouvelle étude conjointe des universités de Newcastle et de Liverpool.

Mode de vie sédentaire : deux semaines suffisent à causer des effets négatifs sur la santé

mode de vie sédentaire sante

Après seulement deux semaines de vie sédentaire, les personnes en bonne santé souffrent déjà de certains effets négatifs exercés sur leurs systèmes cardiaques et pulmonaires. Parmi les autres effets, on trouve un tour de taille plus large, l’accumulation de graisse corporelle et la résistance à l’insuline.

« Les résultats montrent qu’une diminution de l’activité physique de deux semaines d’environ 10 000 à 1 500 pas par jour provoque des changements dans les indicateurs de santé associés au diabète de type 2 et aux maladies cardiovasculaires », a déclaré Kelly Bowden Davis, responsable de l’étude. La bonne nouvelle est que le corps récupère rapidement et ces effets néfastes peuvent donc être corrigés. Cela se produit notamment l’activité physique augmente. « Il est important de noter que lorsque les personnes reprennent une activité physique normale après cette période, o les changements sont inversés ».

L’étude a impliqué 28 volontaires physiquement actifs et en bonne santé

L’étude a impliqué 28 volontaires physiquement actifs et en bonne santé. Le groupe était composé de 11 femmes et de 17 hommes. L’âge moyen des participants était de 32 ans. L’indice de masse corporelle moyen était légèrement supérieur à 24. Un indice de masse corporelle inférieur à 24,9 était considéré comme un poids normal. Les participants font généralement environ 10 000 pas par jour.

Les volontaires ont été invités à réduire considérablement leur activité physique. Après deux semaines de mode de vie sédentaire, ils ont passé les tests. Les résultats obtenus ont été comparés à ceux du début de l’étude.

Il s’est avéré que le niveau de conditionnement physique cardiovasculaire du groupe avait baissé de 4%. D’une manière similaire, le tour de taille avait changé de 8 millimètres, la graisse du foie de 0,2% et la graisse corporelle totale de 0,5%. Le changement de mode de vie a eu des effets également sur la résistance.

Quatorze jours après que les participants aient repris leur activité physique, ces indicateurs sont revenus à leurs valeurs initiales.

« Même une légère augmentation de l’activité physique peut avoir un effet positif sur la santé », notent les chercheurs.