OneWeb annonce que ses projets sont freinés par la pandémie de covid-19

Publié dans 31/03/2020 par Claire Deschamps

oneweb réseaux internet

Il y a à peine une semaine, OneWeb a lancé un deuxième lot de 34 satellites pour le réseau Internet par satellite. Le projet prévoyait la création d’un réseau unique pour la planète. Hier, la société a déclaré faillite. Elle cherche à obtenir une réparation en vertu du code de la faillite pour vendre son entreprise.

Le projet de OneWeb freiné par la pandémie de covid-19

La raison de la faillite est la pandémie de SRAS-CoV-2. La pandémiei a suspendu les pourparlers sur le financement intégral du programme. Sur son site Internet, OneWeb explique qu’il considère toujours sa mission importante. Celle-ci est qualifiée de nécessaire pour fournir un accès Internet accessible et rapide à tous les coins de notre planète.

Le projet est particulièrement important pour les zones rurales peu peuplées. Dans celles-ci il n’est pas rentable de construire des réseaux de la manière habituelle. En outre, de nouveaux marchés, tels que les voitures autonomes, nécessitent une couverture Internet complète.

La société négocie avec plusieurs acteurs privés et publics

Les négociations pour financer le programme se sont poursuivies depuis le début de cette année. Selon des sources, OneWeb négocie avec SoftBank des investissements de plus de 2 milliards de dollars. D’autres investisseurs dans le projet sont Virgin Group, Qualcomm, Airbus, Grupo Salinas. Parmi les autorités publiques, on cite même le gouvernement du Rwanda.

La propagation rapide du coronavirus en février-mars a conduit à l’instabilité du marché. La pandémie a contraint les investisseurs à freiner tout projet de financement supplémentaire de OneWeb.

Aujourd’hui, la société possède une flotte de 74 satellites en orbite terrestre basse. Elle est aussi en possession d’un centre mondial de gestion des satellites et 44 stations au sol en fonctionnement ou en construction. Il est prévu de lancer un total de 600 satellites.

OneWeb développe également des terminaux pour différents marchés. Un lancement d’essai du réseau satellite a montré qu’il peut fournir des vitesses à large bande de plus de 400 Mbps avec un retard de 32 millisecondes.