Les points majeurs du discours du pape François sur l’Amazone

Publié dans 19/02/2020 par Claire Deschamps

pape françois discours amazonie

Le pape François a plaidé pour la justice sociale et le respect de l’environnement pour le bassin de l’Amazone. En revanche, sa position sur le mariage sacerdotal dans la région reste moins claire. L’idée est controversée et elle a récemment discutée lors d’une réunion épiscopale historique.

Le discours du pape François sur l’Amazonie – quels sont les points abordés et ceux passés sous silence ?

pape françois amazonie

Dans un texte très attendu, le pape François a exhorté ses partisans à  « ressentir de l’indignation » pour l’exploitation des peuples autochtones. Il a également parlé de la destruction des terres dévastées par l’exploitation minière illégale et la déforestation.

Cependant, un point n’a pas été abordé dans son texte : la question du mariage sacerdotal. Le sujet a été suggéré par les évêques d’Amazonie lors d’un synode de trois semaines dans la région en octobre dernier. Leur motivation ? Le souhait d’augmenter le nombre de prêtres qui pouvaient pratiquer la messe et d’autres rites dans la région éloignée.

Au lieu de s’intéresser à ce sujet, le pape a préconisé que les femmes et les missionnaires jouent des rôles plus importants dans la région. Il a plaidé pour une meilleure formation des prêtres. Celle-ci devrait leur permettre d’interagir mieux avec les cultures amazoniennes.

Le pape François est intervenu plus tôt sur la question de savoir si autoriser les viri probati, c’est-à-dire hommes mariés de vertu éprouvée. Il a mentionné la possibilité pour eux de rejoindre le sacerdoce dans des endroits reculés. La suggestion a soulevé une opposition farouche des traditionalistes au sein de l’Église catholique.

En janvier 2019, François a déclaré qu’il ne croyait pas que le célibat facultatif était autorisé en accordant « certaines possibilités pour des endroits éloignés ». Avec cette déclaration, il a ouvert la porte à des spéculations qu’il pouvait faire de l’exception pour l’Amazonie.

Une position passionnée pour les populations marginalisés du monde

Le pontife a en effet déjà montré une position passionnée pour les populations marginalisés du monde. Il s’est exprimé sur les problèmes des pauvres, des migrants ou encore des prisonniers. Son discours sur l’Amazonie s’intéressait à l’« histoire de souffrance » des populations locales.

Selon le premier pontife, les problèmes écologiques de l’Amazonie ne doivent pas être séparés des problèmes sociaux. Il a notamment plaidé pour la justice des peuples des indigènes marginalisés. Ceux-ci ont été forcés de quitter leurs habitations en raison de la déforestation et de l’exploitation minière illégales. Ces populations vivent à la périphérie des villes marquées par « une augmentation de la xénophobie, de l’exploitation sexuelle et de la traite des êtres humains ».