Le Parti populaire suisse à l’origine d’un référendum sur l’accord avec l’UE

Publié dans 12/02/2020 par Claire Deschamps

partie populaire suisse référendum

Le gouvernement suisse a appelé les électeurs à rejeter la tentative de référendum du Parti populaire suisse de droite pour mettre fin à l’accord avec l’Union européenne sur la libre circulation de ses citoyens.

Un vote, demandé par le Parti populaire suisse, est prévu pour le 17 mai

partie populaire suisse ue

Le vote aura lieu le 17 mai. Il est considéré comme étant un « Brexit suisse ». En cas de succès, le pays risque de perdre son accès privilégié au marché unique de l’UE. Celui-ci est vital pour l’économie suisse qui est majoritairement tournée vers l’exportation.

Une autre conséquence pourrait être l’exclusion de la Suisse de l’espace Schengen, ainsi que de l’accord de Dublin sur le traitement des demandes d’asile. C’est ce qu’ont déclaré des responsables dans un communiqué avant une conférence de presse.

 « Des conséquences douloureuses » pour la Suisse

« Cela aurait des conséquences douloureuses, notamment sur les questions de sécurité et d’asile, mais aussi sur le trafic frontalier et la liberté de circulation », a déclaré le gouvernement.

En Suisse, l’immigration a augmenté de 55 000 personnes l’année dernière. La population étrangère était de 2,1 millions à la fin de 2019, soit environ un quart des 8,5 millions d’habitants du pays.

Les chefs d’entreprise affirment qu’ils ont besoin de travailleurs étrangers qualifiés. Selon eux, imposer des limites aux citoyens de l’UE pourrait violer l’accord de libre-échange.

Le Parti populaire eurosceptique a longtemps lutté pour assumer le contrôle national de l’immigration.

Sa proposition s’inscrit dans le cadre du système suisse de démocratie directe. En cas de réussite, le pays pourrait mettre un an à négocier la fin de la libre circulation.

Le gouvernement suisse a du mal à remettre sur pied les relations avec les pays voisins. Pour cette raison, faire campagne pour un référendum négatif est considéré comme étant une des priorités pour le gouvernement.

Bruxelles souhaite que la Suisse approuve un nouveau traité en vertu duquel Berne adoptera régulièrement les règles du marché unique européen. L’UE souhaite aussi que la Suisse créé une plateforme de règlement des litiges plus efficace.