Produit beauté naturel – comment les définit-on ?

Publié dans 13/10/2019 par Claire Deschamps

produit beauté naturel

L’industrie de la beauté naturelle est en plein essor. Selon une étude de marché, les ventes de produits de soin de la peau de marques naturelles montrent une augmentation par rapport aux autres années. Ces dernières années, les marques et produits portant des marques telles que “non toxique”, “à base d’ingrédients de beauté totalement naturels” et “sans conservateur” sont devenus la norme. Mais où cela laisse-t-il les ingrédients synthétiques ? Et comment définit-on un produit beauté naturel ?

Produit beauté naturel – la norme ?

Devrions-nous nous débarrasser des autres produits ? Comment trouver la solution miracle pour une peau claire et saine ? Ou bien, est-ce que les deux ont leur place dans notre routine de beauté? Dans l’industrie alimentaire, l’augmentation du véganisme et de l’agriculture sans pesticides nous a amenés à prendre davantage conscience de nos choix en matière d’alimentation.

Comment définir un produit beauté naturel ?

Maintenant, la même attitude s’applique à nos routines de beauté. Cependant, il n’existe pas de définition légale du mot «naturel».

«Les étiquettes des ingrédients de beauté naturels sont également inspirées par leur propre esprit et leurs propres normes. Généralement, elles ne sont pas fondées sur des preuves scientifiques. Bien sûr, il existe des organismes de certification indépendants. Ils participent à la définition de ce qui est “naturel” et de ce qui ne se trouve pas dans le monde de la beauté. En 2002, COSMOS, une norme a été développée par cinq organismes de certification. Il s’agit de : ECOCERT (France), COSMEBIO (France), COSMOS-AISBL (Bruxelles), Certification des sols Association (Royaume-Uni), ICEA (Italie) et BDIH (Allemagne). À compter de 2017, le standard COSMOS a été adopté par chacun des cinq organismes impliqués. Cela signifie que COSMOS couvre désormais 80% du marché mondial des produits biologiques et naturels certifiés.

Cela étant dit, un des majeurs problèmes reste le fait que les labels « naturel » continuent à être appliqués par de nombreuses entreprises. Elles cherchent à développer leurs propres critères. En même temps, les utilisateurs préfèrent s’informer auprès des sources qu’ils jugent fiables : les magazines et le web, entre autres.