Une collection de statutes et de momies inédite découverte à Saqqarah

Publié dans 3/12/2019 par Claire Deschamps

saqqarah découverte fouilles

L’Égypte a présenté 75 statues en bois et en bronze, ainsi que des momies animales, dont des chats, des crocodiles et des lionceaux. La collection a été découverte dans la nécropole de Saqqarah, près des pyramides de Gizeh.

Une collection de statues et de momies découverte dans le plateau de Saqqarah

saqqarah momies animaux

Le ministère des antiquités du pays a annoncé la découverte samedi.  Khaled El-Enany, ministre des Antiquités, a qualifié cette découverte de « musée à part entière ».

Le plateau de Saqqarah abritait au moins onze pyramides et  des centaines de tombes d’anciens fonctionnaires. Ceux-ci sont datés dans la période de la première dynastie (2920 av. 2770 av. J.-C.) à la période copte (395 à 642).

La découverte de Saqqarah est la dernière d’une série de conclusions que l’Egypte a voulu faire connaître pour tenter de relancer son secteur du tourisme. Celui-ci a été gravement touché par les conséquences du  soulèvement de 2011.

Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, a déclaré aux journalistes que, parmi les animaux momifiés, se trouvaient deux lionceaux. Des radars ont été nécessaires dans trois autres cas pour déterminer que les momies étaient aussi des lions.

Des découvertes rares

Les archéologues ont souvent trouvé des chats momifiés, mais la récupération d’un lion est rare. En 2004, le premier squelette de lion a été découvert à Saqqara. Les archéologues ont également trouvé des statues de chats en bois et en bronze. Elles représentent l’ancienne déesse Bastet. Un coléoptère rare et de grande taille découvert sur le site a été qualifié par Waziri de «plus grand du monde».

Parmi les découverte, on compte aussi les momies Ichneumon enveloppées dans des bandages en lin et des figurines en bois émaillé de la déesse Sekhmet, dépeintes comme une femme à la tête de lionne. La collection est complétée par des bandes de papyrus représentant la déesse Taweret, sous la forme d’hippopotame à la queue de crocodile datant de la période tardive (664-332 av. J.-C.)