Se laver les mains : comment ce geste simple est pratiqué par les deux sexes ?

Publié dans 6/03/2020 par Claire Deschamps

se laver les mains étude

La propagation du nouveau coronavirus a attiré l’attention sur un sujet autrement peu discuté. Il s’agit de l’habitude de se laver les mains et de la façon dont elle est pratiquée par les deux sexes. Des années de recherches et d’observations sur le terrain ont permis d’établir des informations à ce sujet.

Se laver les mains est la façon la plus efficace d’éviter le virus de la grippe

Les autorités sanitaires du monde entier ont indiqué que se laver les mains est l’un des meilleurs moyens de prévenir la contamination du virus COVID-2019. Celui-ci s’est déjà propagé dans environ 80 pays du monde.

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont rappelé sur leur site les résultats d’une étude de 2009. Selon elle « seulement 31% des hommes et 65% des femmes se lavent les mains » après avoir utilisé les toilettes publiques.

Les commentaires des réseaux sociaux sur la négligence des hommes à cet égard ont incité une institution britannique réputée à placer des affiches dans les toilettes. Celles-ci ont pour objectif de rappeler l’importance de ce geste simple.

Ainsi, la très renommée British Library a placé des panneaux de rappel supplémentaires dans les toilettes pour hommes et pour femmes.

Quelles sont les approches selon les sexes ?

L’approche des hommes et des femmes pour pratiquer ce geste après avoir été aux toilettes est également différente. C’est ce qui ressort de plusieurs études et observations menées sur le sujet. Les femmes, en plus de se laver les mains plus souvent, utilisent du savon et les frottent plus longtemps que les hommes. Telles sont les données parues dans une étude de l’Université du Michigan réalisée en 2013. Selon elle, 14,6% des hommes ne se lavent jamais les mains après avoir été toilettes. Une autre partie, 35,1% les rincent sans utiliser de savon. Chez les femmes le pourcentage avec un comportement similaire est respectivement, 7,1% et 15,1%.

Selon les premières informations sur l’infection par le nouveau coronavirus en Chine, les hommes sont plus sensibles à la maladie.