Comment soulager le syndrome du côlon irritable

Publié dans 19/02/2020 par Claire Deschamps

syndrome du côlon irritable traitement

Aujourd’hui, le syndrome du côlon irritable affecte une personne sur cinq. C’est une condition qui est deux fois plus fréquente chez les femmes. Elle se caractérise par de la constipation, des gaz et des ballonnements.

Le syndrome du côlon irritable et l’acupuncture

Si vous souffrez de cette condition, vous avez probablement déjà essayé une variété de suppléments et remèdes pour l’intestin. Il est probable aussi que votre médecin généraliste vous a déjà donné la recommandation d’augmenter votre apport en fibres. Mais, il s’avère qu’il existe aussi une manière de soulager cette condition par l’acupuncture.

L’acupuncture est aujourd’hui une solution populaire pour les maux de dos ou de tête. Alors, est-ce que cette option de traitement pour le syndrome du côlon irritable est viable ?

Selon les experts, ce genre de traitement est efficace, car il peut réguler le chi et le sang pour soutenir le mouvement dans le tube digestif en renforçant la relation entre la rate et l’estomac. Ensemble, leur fonction est de soutenir la fonction du système digestif. Cela porte aussi sur le système nerveux végétatif, le système endocrinien et le métabolisme des fluides.

Les aliments et leur rôle pour soulager les intestins

Si vous connaissez bien les pratiques de la médecine traditionnelle chinoise ou ayurvédique, vous saurez que les aliments froids et crus ralentissent la digestion. Ceux-ci sont considérés comme difficiles à décomposer. En revanche, les piments apporte de la chaleur au corps. Ainsi, ils provoquent un déséquilibre dans l’énergie chi.

Les experts orientaux et les médecins conventionnels s’accordent sur le fait qu’on devrait adopter une approche diététique spécifique pour soulager le syndrome du colon irritable. Il convient notamment d’éviter les aliments froids et crus. Au lieu de ceux-ci, on s’en tiendra aux plats chauds tels que le bouillon d’os, les légumes grillés et les ragoûts. Etant plus chauds, ils sont aussi plus faciles à digérer.

Optez aussi pour des habitudes alimentaires qui contribuent à la digestion. Par exemple, essayez de mâcher plus longtemps. Ou bien, pensez à partager le dernier repas de la journée en portions. Vous pourriez aussi suivre le régime intuitif. Celui-ci consiste à ne pas manger pas lorsqu’on a faim. Enfin, il est important d’éviter les aliments qui causent le syndrome lui-même. Des exemples de ceux-ci sont les produits laitiers et le piment. Sans oublier que boire des liquides (et notamment de l’eau tiède) pendant les repas est une bonne façon de « diluer » l’acide gastrique.