TikTok : une condamnation pour publication de vidéos en Egypte

Publié dans 30/07/2020 par Claire Deschamps

tiktok egypte libertes

Un tribunal égyptien a condamné lundi plusieurs jeunes femmes à deux ans de prison pour avoir publié des vidéos de danse « indécentes » sur TikTok dans une affaire tendue que les critiques décrivent comme une nouvelle offensive contre l’expression de soi dans la société conservatrice. Les femmes ont également été condamnées à une amende de 300 000 livres égyptiennes (près de 19 000 dollars) chacune pour « violation des valeurs et des principes de la famille égyptienne », incitation à la débauche et promotion de la traite des êtres humains, selon un communiqué du procureur. Ses avocats se sont engagés à faire appel de la décision.

TikTok : une affaire discutable en Egypte

La déclaration de l’accusation a nommé seulement deux des accusés, 20 ans étudiant Haneen Hossam et 22 ans Mawada al-Adham, et a déclaré que les trois autres ont aidé à gérer leurs comptes de médias sociaux.

Les deux femmes ont récemment atteint la renommée de TikTok, amassant des millions d’adeptes pour leurs extraits vidéo sur des chansons accrocheuses de club-pop égyptiennes. Dans leurs clips respectifs de 15 secondes, les femmes qui portent du maquillage posent dans les voitures, dansent dans les cuisines et plaisantent dans des sketches, un contenu familier et apparemment apprivoisé pour la plate-forme.

L’accusation a jugé les photos et vidéos d’Eladhm « embarrassantes et insultantes ».

Mais sa célébrité sur les réseaux sociaux est devenue sa ruine en Égypte, où les citoyens peuvent aller en prison pour des crimes vagues tels que « l’utilisation abusive des médias sociaux », « la diffusion de fausses nouvelles » ou « l’incitation à la débauche et à l’immorilité ».

L’avocat d’Eladhm, Ahmed el-Bahkeri, a confirmé la sentence. L’accusation a jugé les photos et vidéos d’Eladhm « embarrassantes et insultantes ».

« Eladhm pleurait au tribunal. Deux ans? 300 000 livres égyptiennes ? C’est vraiment une chose très difficile à entendre », a déclaré Samar Shabana, l’avocat adjoint.

« ls veulent juste des adeptes. Ils ne font partie d’aucun réseau de prostitution, et ils ne savaient pas que c’est ainsi que les procureurs percevraient leur message », a-t-il ajouté, faisant référence à ses messages qui encouragent les jeunes femmes à partager des vidéos et à discuter avec des inconnus en échange d’argent sur un autre réseau social. plate-forme médiatique.