Tousser dans son coude n’est efficace que si l’on porte des manches longues

Publié dans 8/09/2020 par Claire Deschamps

tousser dans son coude

Tousser dans son coude est un des gestes qu’on a redécouvert au cours de la pandémie du coronavirus. Maintenant, des chercheurs se sont penchés sur l’efficacité de ce geste. Plus particulièrement, des scientifiques travaillant en Inde se sont intéressés à la façon dont on peut ptotéger autrui avec ce geste. Ils ont découvert que tousser dans sa coude n’est efficace que si l’on porte des manches longues.

Tousser dans son coude n’est efficace que si l’on porte des manches longues

 Il en est ainsi parce que si l’on a un coude nu, le nez reste généralement libre, et donc plus de gouttelettes sont pulvérisées autour.

Des scientifiques de l’Indian Space Research Organization ont créé un modèle du mouvement des éclaboussures de toux dans différents scénarios pour dissimuler la bouche. Ils ont pris en compte le fait que la densité des gouttelettes et la température sont associées. Les pulvérisations de toux sont généralement plus chaudes que l’environnement. Les spécialistes ont visualisé les changements dans la densité des gouttelettes dispersées par cinq volontaires. Ils ont ensuite calculé le mouvement des éclaboussures.

Pour réduire la propagation horizontale des éclaboussures, les masques médicaux N95 s’avèrent très effiaces. Ils réduisent leur vitesse initiale à 10 fois afin qu’ils restent à une distance de 10 cm à 25 cm. Avec une bouche non couverte, les éclaboussures atteignent jusqu’à 3 m, mais même un simple masque jetable peut réduire cette distance à 50 cm.

Beaucoup pensent que l’utilisation du coude est plus efficace que de tousser dans sa paume. Le coude nu, cependant, ne couvre jamais le nez. Les scientifiques espèrent que leur étude permettra de résoudre les différends sur la question de savoir si les masques simples constituent une barrière efficace contre le coronavirus . Ils repellent notamment que leur port est fortement conseillé, voire même obligatoire même lorsqu’on n’est pas atteint du virus.