La plus grande carte tridimensionnelle de l’univers a été publiée

Publié dans 21/07/2020 par Claire Deschamps

l'univers carte galaxies

Des astrophysiciens du monde entier ont publié la plus grande carte tridimensionnelle de l’univers jamais créée, après avoir analysé plus de 4 millions de galaxies et de quasars, des objets super-brillants émettant une énergie colossale, a rapporté France Press.

La plus grande carte tridimensionnelle de l’univers jamais créée

« Ce développement nous donne en pure forme l’histoire la plus complète de l’expansion de l’univers », a déclaré l’un des chercheurs, Will Percival, de l’Université de Waterloo.

La carte est le produit de plus de 20 ans de collaboration de centaines de scientifiques de 30 instituts scientifiques du monde entier. Il a été réalisé sur la base de la dernière enquête cosmologique de la SDSS (Sloan Digital Sky Survey) menée à l’Observatoire d’Apache Point au Nouveau-Mexique, aux États-Unis.

« Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de données du Big Bang jusqu’à présent », explique Kylie Dawson de l’Université de l’Utah, l’un des auteurs du projet.

La carte actuelle comble cette lacune en montrant des filaments de matière et des espaces vides justifiant la structure de l’univers à partir de son âge le plus fragile, alors qu’il n’avait que 380 000 ans.

Une des cartes créées de l’expansion de notre univer

Quant à la carte qui reflète l’univers il y a 6 milliards d’années, les scientifiques ont observé les galaxies les plus anciennes et les plus rouges. Pendant les périodes qui étaient plus éloignées dans le temps, les scientifiques se sont concentrés sur les plus jeunes galaxies – les galaxies bleues.

Et pour atteindre l’aube de l’univers, jusqu’à 11 milliards d’années, des quasars ont été observés. Ce sont les galaxies dont les trous noirs supermassifs noirs au centre sont devenus très lumineux à cause de la matière qu’ils absorbent.

La carte montre comment, à un moment donné, l’expansion de l’univers s’est accélérée et ne s’est pas arrêtée depuis. Ce phénomène est dû selon les scientifiques de l’énergie sombre, un élément invisible qui s’inscrit dans la théorie générale d’Einstein de la relativité, mais dont l’origine n’est pas encore claire.