Voyage en Asie – le point par pays en ce moment

Publié dans 20/07/2020 par Claire Deschamps

voyage en asie point

Dans toute l’Asie, la situation de réouverture varie considérablement. Ci-dessous, le point sur le voyage en Asie en ce moment.

L’Inde, par exemple, est toujours aux prises avec l’une des pires épidémies au monde. Les Maldives accueillent avec impatience les voyageurs à partir du 15 juillet. Les frontières en Asie de l’Est restent largement fermées, bien qu’il soit question de bulles de voyage avec les pays voisins, tandis que les pays d’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande et l’Indonésie s’attendent à rouvrir les voyageurs dans un mois ou deux. La Turquie, qui s’étend entre l’Asie de l’Ouest et l’Europe, a été l’un des premiers pays à lever ses restrictions de voyage. Mais des voisins comme Israël, la Jordanie et la Géorgie avancent avec plus de prudence, les vols internationaux étant toujours en pause.

Voyage en Asie – dans quelles condition se déroule-t-il en ce moment ?

En Asie de l’Est, des destinations comme la Chine et Hong Kong ont rouvert leurs portes à l’intérieur du pays, et les bulles de voyage sont évoquées comme un moyen de commencer à rouvrir des frontières fermées.

La Chine, épicentre initial de l’épidémie de COVID-19, a prudemment rouvert ses activités depuis mai. Bien que les frontières internationales restent fermées à la plupart des étrangers, les restrictions de voyage intérieures ont été levées et les commerces locaux et les attractions touristiques ont largement rouvert.

Actuellement, les frontières du Japon sont fermées aux citoyens de 129 pays. Bien que le pays discute actuellement des bulles de voyage qui permettraient aux visiteurs d’autres pays asiatiques, y compris la Chine et la Corée, d’entrer. Le Premier ministre a également discuté de l’assouplissement des restrictions pour le Vietnam, la Thaïlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui permettrait l’entrée à ceux qui peuvent soumettre un test négatif COVID-19 et l’itinéraire complet de leur voyage à leur arrivée.

Taiwan a connu un succès incroyable dans sa réponse au coronavirus, et a enregistré moins de 500 cas, même si elle n’est jamais entrée dans un blocus total. À partir du 29 juin, les voyageurs étrangers ayant une raison d’entrer à Taïwan au-delà du tourisme régulier et des « visites sociales » (comme la visite pour étudier le mandarin) peuvent demander la permission d’entrer.

Dans les autres pays de la région

La Corée du Sud a été félicitée pour la façon dont elle a traité la première vague de cas de coronavirus, mais de nouvelles flambées ont depuis émergé. Cela dit, les frontières sont totalement ouvertes aux voyageurs. Tous les voyageurs entrants doivent mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée.

La Malaisie interdit aux étrangers, à très peu d’exceptions près, d’entrer jusqu’au 31 août. Tout voyageur qui présente une demande d’entrée et qui se voit attribuer une inscription sera soumis à un test rapide COVID-19 et à une quarantaine obligatoire de 14 jours.

La Thaïlande, qui a interdit tous les vols internationaux en mai jusqu’à la fin juin, est sur le point de rouvrir. Le 1er juillet, un nombre limité de vols internationaux ont repris, bien qu’ils aient servi principalement des citoyens thaïlandais car les visiteurs sont toujours interdits d’entrée.

L’Indonésie, qui a enregistré la majorité des cas en Asie du Sud-Est à près de 80 000, connaît actuellement une réouverture progressive des entreprises locales. Le tourisme international reprendra dans le cadre de la phase finale, qui est actuellement prévue pour septembre. Bali, qui a commencé à rouvrir les affaires avec des restrictions sur Juillet 9, espère accueillir les visiteurs à l’époque.

Les Philippines, deuxième pays d’Asie du Sud-Est les plus touchés après l’Indonésie, ont rouvert certaines régions, bien que dans certains cas, comme ce dernier, cela se soit avéré prématuré, et une deuxième augmentation des cas a forcé le rétablissement des restrictions. Actuellement, les ressortissants étrangers ne sont autorisés à entrer dans le pays qu’avec des parents philippins, et sont tenus de rester en quarantaine pendant 14 jours.