La nouvelle théorie de la NASA sur la formation de la Lune !

Publié dans 18/10/2022 par Laura Adrien

La formation de la Lune reste une énigme pour les astronomes, car ils n’ont trouvé aucune preuve concrète de la manière dont elle a été créée. Selon l’hypothèse la plus répandue, un objet de la taille de Mars, appelé Théia, serait entré en collision avec la Terre et les débris qui en ont résulté se seraient agglomérés pour former la Lune au fil des mois ou des années. Cependant, une simulation de l’événement créée à l’aide du superordinateur de la NASA a montré que la Lune pourrait s’être formée en quelques heures seulement après que la matière résultant de l’impact ait été libérée directement dans l’orbite de la Terre.

Quelle est la théorie principale qui explique la formation de notre satellite, la Lune ?

formation de la lune NASA

Depuis le milieu des années 1970, les astronomes pensent que la Lune pourrait avoir été créée par une collision entre la Terre et une ancienne protoplanète de la taille de la planète Mars, appelée Théia. Cette théorie dominante soutenue par la communauté scientifique, l’hypothèse de l’impact géant, suggère plus précisément que la Lune s’est formée lorsque ce corps Théia s’est écrasé sur la Terre primitive. Comme les autres planètes, la Terre s’est formée à partir des restes d’un nuage de poussière et de gaz en orbite autour du jeune soleil. Le système solaire primitif était un endroit violent, et un certain nombre de corps ont été créés qui n’ont jamais atteint le statut de planète à part entière.

Théia, ce corps de la taille de Mars est entré en collision avec la Terre, projetant dans l’espace des morceaux vaporisés de la croûte de la jeune planète. La gravité a lié les particules éjectées ensemble, créant une Lune qui est la plus grande du système solaire par rapport à sa planète hôte. Ce type de formation pourrait expliquer pourquoi elle est composée principalement d’éléments légers – la matière qui l’a formée provient de la croûte, tandis que le noyau rocheux de la planète est resté intact. En se rassemblant autour de ce qui restait du noyau de Théia, la matière se serait centrée près du plan de l’écliptique de la Terre, la trajectoire du soleil dans le ciel, là où la Lune orbite aujourd’hui.

Les problèmes que cette hypothèse de la formation de la Lune pose

hypothèse impact géant science

Bien que cette théorie soit la plus populaire, elle n’est pas sans poser de problèmes. La plupart des modèles suggèrent que plus de 60 % de la Lune devrait être composée de matériaux provenant de Théia. Mais les échantillons de roche suggèrent le contraire. Il se trouve qu’en termes de composition, la Terre et la Lune sont presque jumelles, ce qui pose une énorme contradiction du modèle de l’impact géant.

Cependant, de nouvelles recherches montrent que la Lune a été formée pendant quelques heures, et non des siècles, comme nous avons cru jusqu’à maintenant, ce qui pourrait potentiellement résoudre certaines des contradictions.

Une nouvelle théorie suggère que la Lune pourrait s’être formée en quelques heures seulement 

Une nouvelle hypothèse, basée sur des simulations sur superordinateur réalisées à une résolution plus élevée que jamais, suggère que la formation de la Lune pourrait ne pas avoir été un processus lent et progressif après tout, mais un processus qui s’est déroulé en quelques heures uniquement, lorsque les matériaux de la Terre et de Théia ont été mis directement en orbite après l’impact.

Les simulations utilisées dans cette étude sont parmi les plus détaillées de leur genre et fonctionnent à la plus haute définition de toutes les simulations réalisées pour étudier la formation de la Lune ou d’autres impacts géants. L’accès à une plus grande puissance de calcul a permis aux chercheurs de voir apparaître des comportements inédits, ce que les études antérieures ne pouvaient tout simplement pas faire.

Comment peut-elle résoudre certains problèmes des hypothèses précédentes ?

nouvelle théorie création lune
 

Cette hypothèse de formation rapide en une seule étape apporte une réponse plus claire et plus élégante à la question ouverte de la similitude de la matière lunaire et terrestre. Elle pourrait par ailleurs offrir de nouvelles approches pour résoudre d’autres énigmes qui n’ont pas encore été résolues. L’une des théories les plus intrigantes pour la formation de la Lune est celle-ci, qui pourrait placer la Lune sur une orbite large avec un intérieur qui n’est pas en fusion, expliquant ainsi des caractéristiques comme l’orbite inclinée de la Lune et la fine croûte.

L’analyse des prochains échantillons lunaires que les futures missions Artemis de la NASA ramèneront sur Terre pour les étudier nous aidera à déterminer laquelle de ces possibilités est vraie. Les scientifiques pourront évaluer comment les données du monde réel se comparent à ces scénarios simulés et ce qu’ils révèlent sur la façon dont la Lune a changé au cours de ses milliards d’années d’histoire, à mesure qu’ils auront accès à des échantillons provenant d’autres régions de la Lune et des profondeurs de sa surface.