Cigarettes électroniques – peuvent-elles nous à aider à lutter contre le tabagisme ?

Publié dans 24/01/2020 par Claire Deschamps

cigarettes électroniques tabagisme

Un rapport de l’inspecteur en chef de la santé américain indique qu’il n’y a pas suffisamment de preuves que les cigarettes électroniques peuvent nous aider à arrêter de fumer. Le rapport a été établi à la suite des questions qu’on se pose de plus en plus souvent sur les effets de ces produits et sur la façon dont ils nous permettent de lutter contre le tabagisme.

Cigarettes électroniques – peuvent-elles nous à aider à lutter contre le tabagisme ?

cigarettes electroniques effets

Compte tenu de ces conclusions, l’utilisation de cigarettes électroniques ne peut pas être recommandée. Ces produits sont ainsi clairement distingués des patchs à la nicotine et chewing-gum. De fait, ces derniers figurent depuis des années dans l’assortiment d’option pour ceux qui cherchent à arrêter de fumer.

La conclusion va à l’encontre de la position des autorités sanitaires britanniques. Celles-ci continuent de recommander les cigarettes électroniques pour arrêter de fumer. Cet avis persiste malgré les inquiétudes qui ont été soulevées aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autorités et les chercheurs dans ceux-ci ont exprimé des inquiétudes concernant leur popularité auprès des jeunes et le risque de développement de maladies respiratoires.

Difficile à se prononcer sur toute la catégorie de produits

“Les cigarettes électroniques /sont/ un groupe de produits en constante évolution sont utilisés de différentes manières”, a indiqué le rapport. Il explique que’il est difficile de résumer leur efficacité sur la base d’essais cliniques d’un type particulier. “À ce stade, il n’y a pas de preuves suffisantes pour conclure que les cigarettes électroniques sont augmenter le nombre de personnes qui ont arrêté de fumer “, dit le rapport signé par Jerome Adams.

Le gouvernement de Donald Trump a récemment interdit certaines de ses cigarettes électroniques. L’interdiction concerne en particulier les produits contenant des parfums autres que le tabac et le menthol. Les arômes fruités plaisent particulièrement aux jeunes. L’âge autorisé pour acheter ces produits sera augmenté de 18 à 21 ans aux États-Unis cet automne.