Aux Etats-Unis, l’insomnie est liée à l’absence de temps pour les divertissements préférés des Américains

Publié dans 14/11/2019 par Claire Deschamps

insomnie etats unis télé

Près de 90% des Américains souffrent les conséquences de l’insomnie à cause de … leur addiction à la télé. C’est ce qu’indique un sondage récent réalisé outre Atlantique.

Aux Etats-Unis, l’insomnie est souvent causée par l’addiction à la télé

insomnie et troubles de sommeil causes

L’étude a été réalisée par les spécialistes de l’Académie américaine de la médecine du sommeil. Elle a couvert plus de 2000 participants. Ils ont identifié le sommeil comme la deuxième priorité après la famille. Malgré cela, 88 pour cent des personnes ont déclaré qu’elles se couchent tard.

Selon les participants à l’enquête, la raison principale de l’absence de repos, c’est l’envie de regarder des épisodes d’émissions de télé qu’ils ont enregistrés ou qu’ils suivent sur les plateformes de diffusion en continu. Ce problème concerne 95% des répondants âgés de 18 à 44 ans. Une autre partie des personnes a déclaré qu’elle se couchait tard pour jouer à des jeux vidéo, lire et regarder du sport.

Les Américains déclarent ne pas avoir du temps pour leurs divertissements préférés

« Il est encourageant que les Américains placent le sommeil parmi leurs principales priorités. Mais préférer la télévision au sommeil peut avoir de graves conséquences sur la santé », a déclaré Kelly Cardon, présidente de l’Académie.

72% des participants âgés de 18 à 34 ans étaient plus susceptibles de rester éveillés tard pour jouer à des jeux vidéo. Chez les personnes interrogées âgées de 35 ans et plus, alors que ce n’était le cas que pour 38%. 59% des hommes et 42% des femmes étaient plus susceptibles de s’endormir plus tard à cause des jeux vidéo. Les deux tiers des répondants n’ont pas eu le temps à consacrer à la lecture.

Environ 60% des participants, soit 75% des hommes et 45% des femmes, n’ont jamais eu le temps de regarder le sport. 54% des personnes interrogées âgées de 25 à 54 ans étaient plus susceptibles de continuer à regarder les matches des heures supplémentaires.