Le Nil est âgé de 30 millions d’années, selon des chercheurs italiens et américains

Publié dans 13/11/2019 par Claire Deschamps

le nil âge recherches

Le Nil est un des fleuves qui ont passionné l’humanité depuis des siècles. Une des raisons pour cela, c’est le fait que le fleuve a été une source de vie pour les hommes à toutes les époques. C’est grâce à l’existence de ce fleuve et des terrains autour d’elle que les habitants de l’Egypte ancienne ont survécu durant des siècles grâce à une riche production de grains. Au point que, dans l’Antiquité, c’est la région de l’Egypte notamment qui était parmi les plus grands exportateurs de grains dans le monde.

Le Nil serait âgé de 30 millions d’années

le nil âge du fleuve

Aujourd’hui, une équipe de chercheurs s’est penchée sur la question de savoir quel est l’âge du fleuve et depuis quand existe-t-il. Selon les résultats de leurs recherches, le Nil a 30 millions d’années. Ces estimations rendent le fleuves six fois plus âgé qu’on ne le pensait auparavant.

Des géologues de l’Université italienne de Roma Tre et de l’Université du Texas ont découvert des sédiments antiques situés sous le delta du Nil. Ils proviennent de la source du fleuve Nil Bleu en Éthiopie. Ils ont constaté que la direction du courant du fleuve était soutenue par des processus géologiques.

La direction du cours du fleuve expliquée

Le magma naissant sous la surface de la terre a commencé à former le plateau éthiopien il y a 30 millions d’années. Au même moment, la surface de la terre dans la région de l’Egypte s’est écroulée. C’est ainsi que s’est formée la pente qui dirige le Nil vers le nord-ouest. Sans ces processus, la topographie de l’Afrique aurait orienté le Nil occidental vers l’Atlantique. De cette façon, les chercheurs modernes ont apporté des éléments de réponse à une autre question qui intriguait les anciens. Elle portait notamment sur le cours du fleuve et sur les raisons qui expliquent sa direction.

Pour tester leurs conclusions, des chercheurs ont réalisé des simulations informatiques. Elles avaient pour objectif de simuler quelque 40 millions d’années d’activité tectonique terrestre dans la région.

Les auteurs de l’étude envisagent d’appliquer la même méthode d’étude à d’autres grands fleuves, tels que le Congo et le Yangtsé.