Maladie Alzheimer : un test du sang pourrait aider à détecter la pédisposition à la maladie jusqu’à 20 avant l’apparition de ses premiers symptômes

Publié dans 5/08/2019 par Claire Deschamps

maladie alzheimer prevention tests

Les difficultés à découvrir les premiers symptômes de la maladie Alzheimer et ainsi à en proposer un traitement adéquat pourraient enfin être surmontées. C’est ce que semblent indiquer une nouvelle étude menée par les chercheurs de l’Université de Washigton à Saint Louis. Les résultats ont été diffusés par Medicalxpress.

Maladie Alzheimer : bientôt un test sanguin pourrait la détecter bien avant l’apparition des premiers symptômes ?

Les chercheurs ont travaillé sur un test sanguin ayant pour objectif de détecter la maladie. Ils affirment que celui-ci pourrait les aider à détecter ses débuts jusqu’à 20 ans avant l’apparition des premiers symptômes. Le cerveau commence à accumuler la protéine bêta-amyloïde bien avant la perte de la mémoire et de la concentration qui font partie des symptômes classiques de la maladie. Les auteurs de l’étude de l’Université de Washington à Saint-Louis affirment que les premiers changements dans le cerveau peuvent être détectés par des tests sanguins. Leur précision est de 94%.

Mesurer les niveaux de protéines bêta-amyloïdes dans le sang pourrait être la clé vers la détection de la maladie

« Nous avons trouvé une façon de mesurer les niveaux de protéines bêta-amyloïdes dans le sang », ont affirmé les chercheurs. De cette façon, ils peuvent déterminer si ces protéines s’étaient accumulées dans le cerveau.

Pour ajouter à ce test, les chercheurs associent ce critère de détection de la maladie avec deux autres facteurs. Il s’agit de l’âge du patient et de la présence, chez le patient, du gène ApoE4. Les deux derniers sont considérés comme des facteurs majeurs pour le développement de la maladie. L’accumulation de ces trois facteurs permet de déterminer si le patient est atteint d’Alzheimer. Selon les auteurs de l’étude, le taux de réussite de cette approche est de jusqu’à 94%.

Les chercheurs estiment que le test pourrait être utilisé très prochainement à la fois par les médecins et pour la réalisation de nouvelles études sur le sujet.