Matériaux de construction écologique : l’impact sur nos vies et sur la planète

Publié dans 15/01/2022 par Sabine Monier

Matériaux de construction écologique : alors que le mouvement de justice sociale se développe, et que le concept du carbone incarné ou le l’émission de gaz à effet de serre tout au long du processus de la construction des bâtiments modifie la conversation sur le climat, les architectes et les designers réexaminent l’impact profond de leur travail.

Matériaux de construction écologique : la conscience des architectes se forme

On considère rarement toutes les vies qu’un bâtiment et ses composants touchent réellement. De l’extraction des matériaux à la fabrication, l’expédition, la construction et l’installation, les impacts réels sont énormes et sans fin.

design matériaux de construction écologique impact

Après le début du mouvement de la construction écologique il y a plus de trois décennies, les architectes, les concepteurs et les fabricants de produits ont commencé à accorder une plus grande attention aux processus et aux produits formant cette longue chaîne, en posant des questions telles que : Ces matériaux sont-ils sûrs ? Sont-ils naturels ? Quelle quantité de carbone a été émise pour les fabriquer et les transporter ?

Plus récemment, alors que les conversations mondiales sur la justice sociale sont devenues plus courantes et qu’une attention plus urgente au carbone incarné a incité les architectes et les concepteurs à retracer leurs matériaux plus loin, la portée de ces questions s’est considérablement élargie.

Des questions essentielles se posent déjà

Les praticiens posent des questions telles que : Qui a fabriqué ce produit ? Comment cela a-t-il affecté la santé et les moyens de subsistance de ceux qui l’ont fabriqué ? Quel impact sa production a-t-elle eu sur la communauté ? En bref, ils se demandent si les produits, les matériaux et les pratiques utilisés pour créer l’environnement bâti peuvent en quelque sorte faire moins de mal.

Alors que les acteurs de l’industrie du design apprennent l’impact social de leurs choix, certains adoptent de nouvelles méthodes, pratiques et philosophies pour aider à minimiser les injustices systémiques, qui sont depuis longtemps intégrées aux réalités matérielles de nombreux produits – des usines chimiques qui empoisonnent les communautés vivant à proximité.

matériaux de construction écologique justice incarnée

Matières : coûts toxiques

L’un des premiers moteurs de la conception durable a été une prise de conscience croissante de la façon dont les métaux comme l’amiante, le plomb, les produits chimiques comme le formaldéhyde et les composés organiques volatils courants dans les produits de construction contribuaient aux problèmes de santé des occupants. Le mouvement de la construction écologique a depuis remporté un succès considérable en limitant ces toxines et d’autres toxines dangereuses. Mais il continue de se heurter aux réalités sociales enracinées.

Par exemple, dans les années 1990, le mouvement visait le vinyle et le PVC : des matériaux bon marché et omniprésents nocifs pour leur utilisation de chlore dans la fabrication et la présence de composés plastifiants à base de phtalate – des toxines connues qui s’échappaient des revêtements de sol et des murs en vinyle.

Cependant, lorsque des plastifiants moins toxiques ont été découverts et que des produits en vinyle sans phtalate ont été introduits, le mouvement de construction écologique a relâché la pression. Rien n’a été fait au sujet du chlore, qui, bien qu’il ne dégage pas de gaz ou n’ait pas d’effet sur la qualité de l’air intérieur des bâtiments, a eu des effets dévastateurs sur les endroits où le vinyle est produit.

Aujourd’hui, les produits en vinyle sont à nouveau monnaie courante, même dans les bâtiments les plus durables qui bénéficient de certifications.

construction préserver vie tout le monde

Matériaux de construction écologique : la nécessité de construire autrement presse

Le mouvement de la construction verte a réussi à protéger les occupants, mais aux dépens de certaines communautés qui vivent plus dans la précarité. Des contrôles ont été effectués sur les matériaux de construction courants par rapport à un ensemble de listes de produits chimiques préoccupants, les matériaux se chevauchent parfois.

Alors que les concepteurs et les prescripteurs commencent à établir des liens entre les produits de conception et les communautés touchées par leur fabrication, certaines marques commencent à s’intensifier. Certains fabricants ont mis des efforts en matière de transparence de la chaîne d’approvisionnement. La compréhension de la complexité et de l’opacité de la chaîne est née de le travail sur les matériaux sains.

Lutter contre l’opacité dans les processus de fabrication et industriels

Si on ne regarde que le produit tel qu’il se trouve à un moment donné, ce n’est pas ainsi qu’il vit tout au long du cycle de vie. Il y a toute la production qui y mène, la livraison sur place, les gens qui l’utilisent, qui le nettoient et qui vont le démonter ou s’en occuper par la suite. Ainsi, lorsqu’on pense à la santé matérielle, on doit penser : La santé de qui est protégée ?

Il faut repenser les produits afin d’éliminer les matériaux potentiellement nocifs non seulement pour les utilisateurs finaux, mais aussi pour les personnes dans et autour des installations de fabrication et de recyclage à travers le monde. Il peut être difficile de converser avec les fournisseurs, vu leur crainte d’être coupés du circuit, de perdre des affaires ou de se retrouver en difficulté juridique. Mais plus les acheteurs posent de questions, plus la transparence devient la norme dans l’industrie. La production de masse peut aider à faire poser les bonnes questions plusieurs milliers de fois tout au long du processus entier.

Les injustices sociales empêchent l’innovation

Le travail forcé a maintenu le prix du silicium polycristallin artificiellement bas, empêchant l’innovation dans la technologie photovoltaïque. Maintenant que les prix du silicium augmentent en raison du coronavirus et de la menace de la proposition de loi sur la prévention du travail forcé (qui, si elle était adoptée, limiterait les importations de certains produits de l’ouest de la Chine dans le monde entier), on a peu de technologies alternatives à portée de main, ce qui limite la capacité pour produire de l’énergie propre.

constructions modernes sauvant environnement

Les Architectes et les designers sont-ils complices ?

Alors, comment les architectes et les designers sont-ils responsables de ce gâchis ? Historiquement, le domaine du design a rejeté toute notion selon laquelle ses praticiens pourraient être responsables des pratiques éthiques des constructeurs et des fournisseurs de produits. Mais certains affirment que leur position de simples prestataires de services doit changer et que les architectes et les designers ont plus de poids qu’ils ne le pensent.

Le rôle des architectes dans les éléments humains du design a été au centre des questions que l’on s’est posées. Devront-ils choisir ce qui va être construit plutôt que de simplement concevoir ce que quelqu’un d’autre a préprogrammé ?

De telles normes commencent à émerger. Par exemple, de nouveaux certifications sont proposés évaluant l’impact social, y compris dans les projets transnationaux.

De même, des vérifications des bâtiments écologiques sont essentielles pour déterminer l’impact caché d’un produit ou d’un matériau sur la santé des producteurs ou des consommateurs.

Tout ceci est directement liée à la lutte pour ralentir le changement climatique. À la suite de la pandémie, les travailleurs se sont rendus conscients de leur exploitation. Ils ne retournont plus travailler là où on ne tient pas compte de leurs vies. Cela rend les propriétaires incroyablement riches, mais ne tient pas compte de la façon dont certains vivent, et cela détruit la planète que nous tous habitons.

Shurooq Wam impact architecture vie