Comment a-t-on établis une communication AI avec les abeilles ?

Publié dans 4/11/2022 par Sara Suhail

Les humains pourraient bientôt communiquer avec les animaux, car des scientifiques du monde entier utilisent l’intelligence artificielle pour parler aux abeilles, aux éléphants et aux baleines, mais un expert craint que ce pouvoir ne soit utilisé pour manipuler les espèces sauvages. Dans une interview accordée à Vox, Karen Bakker, de l’université de Colombie-Britannique, a expliqué qu’une équipe de chercheurs allemands utilise l’IA pour décoder les modèles de sons non humains, tels que la danse des abeilles et les bruits à basse fréquence des éléphants, ce qui permet à la technologie non seulement de communiquer, mais aussi de contrôler les animaux sauvages.

Comment l’IA communique avec les abeilles ?

Comment l’IA communique avec les abeilles

Mme Bakker explique que l’IA parlant aux animaux peut être ajoutée à des robots qui peuvent “essentiellement franchir la barrière de la communication entre espèces”, mais elle note également que cette avancée soulève des questions éthiques. Permettre aux humains de parler avec différentes espèces pourrait créer un “sentiment plus profond de parenté, ou un sentiment de domination et de capacité de manipulation pour domestiquer des espèces sauvages que nous n’avons jamais été capables de contrôler auparavant”.

Les humains cherchent depuis longtemps à parler avec les animaux et ont réalisé plusieurs films basés sur cette idée, comme Docteur Dolittle en 1967. L’idée n’est plus seulement une intrigue de film et les scientifiques ont découvert des méthodes réussies pour parler le langage des animaux. En 2018, des chercheurs du Dahlem Center for Machine Learning and Robotics, en Allemagne, ont conçu le RoboBee qui imite la danse de l’agitation des abeilles, utilisée pour se relayer des informations entre elles. Le robot, qui ne ressemble en rien à une abeille réelle, est conçu comme une éponge dotée d’ailes et attachée à une tige qui contrôle ses mouvements.

L’équipe a entraîné le robot à imiter les mêmes mouvements que la danse de l’agitation, qui consiste en différentes formes de flux d’air et de vibrations, et a réussi à tromper les abeilles pour qu’elles “l’écoutent”. Il s’est avéré que certaines abeilles suivaient les instructions du RoboBee, par exemple pour savoir où se déplacer dans la ruche ou s’arrêter complètement. Bakker, qui a récemment publié un livre intitulé « Les sons de la vie : comment les technologies numériques nous rapprochent du monde des animaux et des plantes », a déclaré à Vox que la prochaine étape des recherches de l’Allemand est de planter plusieurs robots dans différentes ruches pour voir si la colonie acceptera les machines comme l’une des leurs.

Que cela signifie ?

Que cela signifie

Nous aurons alors un degré de contrôle sans précédent sur la ruche ; nous aurons essentiellement domestiqué cette ruche d’une manière que nous n’avons jamais faite auparavant”, a-t-elle déclaré à Vox. C’est là que Mme Bakker aborde les questions éthiques qui pourraient découler de cette capacité, notant que de telles technologies pourraient conduire les humains à exploiter l’utilisation des animaux.

Cependant, elle espère que ces capacités seront utilisées pour permettre au commun des mortels de “s’accorder avec les sons de la nature”. Les éléphants sont connus pour leurs rugissements puissants lorsqu’ils lancent leur trompe en l’air, mais ces créatures majestueuses émettent également des sons à basse fréquence qui passent inaperçus à l’oreille humaine. Bakker évoque les travaux d’une zoologiste et chercheuse en bioacoustique, Katie Payne, qui a utilisé l’intelligence artificielle pour capter les sons infrasoniques. Katie Payne a décrit les sons “comme un étrange palpitant dans sa poitrine, un étrange sentiment de malaise”, a déclaré Bakker à Vox. Et c’est souvent ainsi que nous pouvons, en tant qu’humains, percevoir les infrasons”, a-t-elle poursuivi.

Un autre projet ambitieux de communication avec les abeilles :

Un autre projet ambitieux de communication avec les abeilles

Outre les abeilles et les baleines, une équipe de scientifiques internationaux a récemment lancé un projet ambitieux visant à écouter, à contextualiser et à traduire la communication des cachalots, dans le but de “parler” à ces majestueux animaux marins. Ce projet, baptisé CETI (Cetacean Translation Initiative), fait également appel à l’intelligence artificielle pour interpréter les cliquetis, ou “codas”, que les cachalots émettent pour communiquer entre eux. L’équipe, qui a lancé le projet CETI en octobre 2021, utilise le traitement du langage naturel ou NLP – un sous-domaine de l’intelligence artificielle axé sur le traitement du langage humain écrit et parlé – qui sera entraîné sur quatre milliards de codas de cachalots.

L’objectif est d’amener l’IA à corréler chaque son avec un contexte spécifique – un exploit qui prendra au moins cinq ans, selon les chercheurs. Si l’équipe atteint ces objectifs, la prochaine étape consistera à développer et à déployer un chatbot interactif qui engagera le dialogue avec les cachalots vivant à l’état sauvage. Mme Bakker note que les humains ont déjà communiqué avec des animaux par le passé, en particulier avec des primates, mais qu’ils l’ont fait dans une “optique très centrée sur l’homme”, par exemple en enseignant aux animaux le langage des signes.

L’utilisation de l’IA, en revanche, permet d’utiliser le propre langage de la créature pour communiquer. La technologie analyse les signaux uniques liés aux comportements et aux modèles pour créer le langage. Ce que [ces chercheurs] font, ce n’est pas d’essayer d’enseigner à ces espèces le langage humain, mais plutôt de compiler, essentiellement, des dictionnaires de signaux et d’essayer ensuite de comprendre ce que ces signaux signifient au sein de ces espèces”, a-t-elle déclaré à Vox.