Tout savoir sur les meduses et leur monde sous-marin

Publié dans 3/09/2021 par Sabine Monier

Tout savoir sur les meduses et sur leur transdifférenciation cellulaire ? Le présent article vous surprendra !

Les méduses existent depuis des millions d’années, avant même que les dinosaures ne vivent sur Terre. Vibrant le long des courants océaniques et ressemblant à de la gelée, ces créatures peuvent être trouvées dans les eaux froides et chaudes, profondes et peu profondes et le long des côtes également.

tout savoir sur les meduses lune

Tout savoir sur les meduses : des faits intéressants

Certaines méduses sont claires, mais d’autres ont des couleurs vives de rose, jaune, bleu et violet. Elles peuvent également être bioluminescentes, ce qui signifie qu’elles produisent leur propre lumière !

Les méduses n’ont pas de cerveau, de cœur, d’os ou d’yeux. Elles sont constituées d’un corps lisse en forme de sac et de tentacules armés de minuscules cellules urticantes. Ces incroyables invertébrés utilisent leurs tentacules urticants pour étourdir ou paralyser leurs proies avant de les engloutir.

La bouche de la méduse se trouve au centre de son corps. De cette petite ouverture, elle mange et jette les déchets. Et cela sert aussi à un autre objectif : en faisant jaillir un jet d’eau de sa bouche, la méduse peut se propulser vers l’avant.

Les méduses digèrent très rapidement leur nourriture, qui se compose de poissons, de crevettes, de crabes et de minuscules plantes. Si elles ne le faisaient pas, elles ne pourraient pas flotter, étant alourdies par la grosse larve non digérée dans leur corps.

La méduse elle-même constitue un délicieux repas pour d’autres créatures océaniques, en particulier les tortues marines, qui aiment les engloutir régulièrement. Dans certaines cultures du monde, les gens mangent des méduses. En Chine, elles sont considérées comme un mets délicat.

Enfin, elles sont utilisées en médecine chinoise.

diversité variété méduses océan

La prolifération des méduses : tout savoir sur les meduses

Depuis des décennies, les scientifiques étudient les causes et les conséquences de la prolifération des méduses dans les écosystèmes. Ils conviennent que les méduses et les écosystèmes basés sur la pêche ont une relation complexe et les preuves suggèrent que ces écosystèmes peuvent atteindre un point de basculement, passant rapidement de la prédominance des poissons à celle des méduses.

En termes simples, les proliférations de méduses se multiplient – et les stress causés par l’activité humaine, comme la surpêche, sont considérés comme la cause la plus probable. Les écosystèmes basés sur la pêche sont fréquemment surexploités, et le fait de retirer trop de poissons des écosystèmes crée un espace écologique propice à la croissance des méduses.

Tout savoir sur les meduses : la menace de la prolifération de méduses

L’élimination systématique des gros poissons prédateurs comme le thon et le cabillaud, ainsi que la surpêche des crustacés et des mollusques, peut entraîner des changements dévastateurs. Progressivement, les grands organismes, la diversité des espèces et la diversité structurelle sont remplacés dans les écosystèmes par des groupes d’espèces plus primitives telles que les méduses.

L’effet sur les océans – quelques exemples

L’effondrement des petits poissons vivant plus près de la surface, comme les sardines ou les anchois, peut réduire la pression de prédation sur les méduses tout en augmentant les sources de nourriture des méduses. Ce changement dans l’écosystème est ensuite amplifié à mesure que le nombre de méduses surpasse les poissons en s’attaquant aux mêmes espèces de zooplancton.

Les grandes créatures marines telles que les tortues se nourrissent de méduses plus grosses, donc une augmentation de l’abondance des méduses peut sembler être une bonne nouvelle pour les espèces en danger critique comme la tortue luth. Cependant, les tortues sont l’un des rares prédateurs de méduses plus grosses, mais elles sont elles-mêmes menacées par la surpêche et annulent ainsi tout effet correctif qu’elles pourraient avoir sur le nombre de méduses. Pour aggraver les choses, les méduses se nourrissent d’œufs et de larves d’espèces de poissons, ce qui a un impact direct sur les populations de poissons.

Le chalutage et d’autres méthodes ayant un impact sur le fond marin pourraient créer des conditions améliorées pour les méduses : éliminer les concurrents et les prédateurs du fond marin tout en laissant simultanément des affleurements rocheux comme refuges pour les méduses peut donner l’avantage aux méduses par rapport aux poissons.

belle méduse tout savoir sur les meduses

Tout savoir sur les meduses : les espèces de méduses en Méditerranée

PELAGIA NOCTILUCA

C’est une petite méduse, avec une cloche de 6 à 10 cm de diamètre et un flotteur aux bords ondulés. Elle est de couleur rose à violet et d’apparence rayée. La méduse mauve a huit tentacules et quatre bras buccaux. Elle a des tissus distincts, mais pas d’organes, et une seule ouverture corporelle.

La méduse mauve est capable de délivrer un fil solide rempli de toxines à tout organisme qui pourrait accidentellement entrer en contact avec lui. Bien que chez l’homme un tel contact ne soit pas mortel, il peut entraîner un inconfort considérable. L’espérance de vie estimée de cette espèce est de 2 à 6 mois, la mort étant généralement causée par des eaux agitées.

Cette méduse est très colorée et phosphorescente lorsqu’elle est dérangée, laissant un mucus lumineux si manipulé. On ne sait pas comment cette espèce est capable de produire de la lumière, mais on pense que ceci pourrait fonctionner comme un moyen de communication. Cette espèce mauve est capable de détecter la lumière grâce à l’utilisation d’yeux primitifs appelés ocelles.

Elle habite l’environnement côtier des eaux chaudes et tempérées. Les abondances les plus élevées se trouvent souvent entre 12 et 30 m de profondeur.

Le dard mauve a une large distribution et peut être trouvé dans toutes les eaux chaudes et tempérées, y compris la mer Méditerranée. Il nage activement dans les couches supérieures (12 à 30 m) des eaux du large. Des groupes de pelagia noctiluca peuvent dériver vers les eaux côtières, où des agrégations denses pouvant atteindre 600 individus par mètre cube peuvent se former.

que mangent les méduses

AURELIA AURITA

La méduse lunaire a une symétrie radiale du corps. Elle mesure de 5 à 40 cm de diamètre, facilement reconnaissable à ses quatre anneaux gonadiques violets. Son parapluie est plat, flexible et transparent. Les tentacules marginaux sont petits et situés près du bord de la cloche, généralement plusieurs centaines sont présents. Les quatre bras oraux allongés sont situés autour de la bouche. Ils sont tenus horizontalement chez les spécimens plus jeunes et verticalement chez les plus âgés lorsque la longueur dépasse le rayon de la cloche.

Le comportement de la méduse lunaire est principalement affecté par son approvisionnement alimentaire. Cette espèce nage en pulsant, principalement pour maintenir sa position dans l’eau plutôt que de se déplacer. Elle garde sa cloche vers la surface pour maintenir la plus grande surface disponible pour que les tentacules attrapent leurs proies.

La méduse lunaire est généralement une espèce côtière, vivant dans les eaux côtières, les estuaires et les baies.

Elle se trouve dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien, y compris la Méditerranée et la mer Noire.

La méduse lunaire se nourrit principalement d’un large éventail de plancton, bien qu’elle ingère également de petits poissons et des œufs de poisson.

moon jellyfish tout savoir sur les meduses

PHYSALIA PHYSALIS

Elle atteint des longueurs allant jusqu’à 2 m, mais ses tentacules peuvent atteindre 50 m de long. Il s’agit en fait d’une colonie clonale plutôt que d’un seul individu et est classée comme un siphonophore (un groupe apparenté aux méduses) et non comme une véritable méduse. On la reconnaît à son flotteur en forme de ballon, qui peut être bleu, violet ou rose et s’élève légèrement au-dessus de la ligne de flottaison.

On la trouve flotter dans les eaux chaudes des océans du monde. Elles n’ont aucun moyen de propulsion indépendant et dérivent sur les courants ou attrapent le vent avec leurs pneumatophores (sacs aériens). Pour éviter les menaces en surface, elles peuvent dégonfler leurs airbags et s’immerger brièvement. Ils utilisent un puissant aiguillon pour paralyser leurs proies.

On l’aperçoit à la surface de l’océan dans les zones tropicales et subtropicales. Les man o’wars portugais peuvent être trouvées dans tous les océans.

OLINDIAS FORMOSA

C’est une espèce de méduse caractérisée par des tentacules brillants, qui s’enroulent et adhèrent au bord lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Sa cloche est translucide et rayée de bandes opaques, la rendant facilement reconnaissable. Cette espèce peut atteindre environ 15 cm de diamètre. Elle vit environ 4 à 6 mois.

Le venin de la gelée de chapeau de fleur est très puissant contre les petites proies qu’elle préfère. Après avoir piqué la proie, les tentacules la saisissent fermement. Elle possède une adaptation particulièrement utile. Lorsque la nourriture est rare, son corps rétrécit pour nécessiter moins de nourriture. Lorsque l’abondance des proies augmente, la taille du corps fera de même.

mer océan tout savoir sur les meduses

COTYLORHIZA TUBERCULATA

Celle-ci a une symétrie radiale du corps. Son diamètre est d’environ 40 cm. Le parapluie est plat, à l’exception de son centre, où une formation proéminente s’étend de la cloche. Les bras buccaux sont courts et les polypes mesurent environ 5 à 10 mm. Le parapluie a une coloration jaune et les palpes labiaux sont de couleur blanche ou violette.

La piqûre de la méduse a peu ou pas d’effet sur les humains. Cette espèce se nourrit principalement de zooplancton et se reproduit de manière asexuée. Les larves s’attachent à la surface de l’océan et se développent dans une colonie de polypes qui ressemble à une pile de soucoupes. Les minuscules méduses sont ensuite libérées des capsules et s’éloignent. La méduse vit dans les eaux côtières et peut être trouvée entre 0 et 7 m.

méduse prolifération faits intéressants

CHRYSAORE HYSOSCELLA

La méduse boussole a une cloche en forme de soucoupe, avec 32 lobes semi-circulaires autour de la frange, chacun avec une tache brune. Le diamètre est jusqu’à 30 cm. Ses 24 tentacules sont disposés en huit groupes de trois. Il est généralement blanc jaunâtre, avec un peu de brun.

L’espèce est hermaphrodite, ce qui signifie dans ce cas que les mâles deviennent des femelles après la libération du sperme. La fécondation a lieu à l’intérieur de la femelle et les larves nageant librement sont libérées dans l’eau à la fin de l’été. Ils s’installent et restent sous forme de polypes jusqu’au printemps, lorsqu’ils produisent de façon asexuée de minuscules méduses mûrissant l’été suivant.

méduses sont-elles dangereuses

La méduse qui ne meurt jamais

Les humains ont toujours été fascinés par l’idée de tromper la mort.

Nous avons tout regardé, de la religion aux planètes, en passant par la cryogénie et même la mythique fontaine de jouvence.

Pendant que nous cherchions les cieux, la science et tous les coins de la Terre, le secret de l’immortalité a peut-être flotté dans l’océan pendant tout ce temps. En forme de méduse.

Les méduses commencent leur vie en tant que larves, de minuscules créatures en forme de cigare qui serpentent dans l’eau, à la recherche d’un rocher ou de quelque chose de pratique auquel s’attacher. Une fois bien en place, la larve se métamorphose en polype, un peu comme une petite anémone de mer. Les colonies de ces polypes sont créées en tant que clones de polypes eux-mêmes, ce qui signifie qu’une colonie peut couvrir tout un quai de bateau en quelques jours. Certains types de polypes forment d’énormes buissons arbustifs. Lorsque les conditions sont réunies, ces polypes fleurissent en grand nombre et lorsqu’ils fleurissent, quels bourgeons du polype sont des bébés méduses.

Si le début de la vie des méduses n’était pas assez extraordinaire, c’est à sa mort que les choses deviennent vraiment excitantes. Lorsque la méduse, la méduse immortelle (Turritopsis dohrnii), meurt, elle coule au fond de l’océan et commence à se décomposer. Étonnamment, ses cellules se réagrégent ensuite, non pas en une nouvelle méduse, mais en polypes, et de ces polypes émergent de nouvelles méduses. La méduse est passée à un stade de vie antérieur pour recommencer.

Il n’y a pas que la méduse immortelle qui peut renaître de ses propres cendres. En 2011, un étudiant en biologie marine en Chine a conservé une méduse lunaire (Aurelia aurita) dans un aquarium. Quand elle est morte, il a gardé le corps dans un autre réservoir. Trois mois plus tard, un nouveau petit polype poussait au sommet de la méduse lunaire. Ce processus de régénération a maintenant été trouvé dans environ cinq espèces de méduses.

Alors à part la vie éternelle, quel est l’avantage pour la méduse elle-même ? Pourquoi le faire? Eh bien, cela signifie que lorsqu’elle est affaiblie par l’âge ou la maladie, ou qu’elle fait face à un danger, elle peut faire appel à son incroyable mécanisme de survie et se régénérer.

Une fois le processus commencé, la cloche de la méduse (la partie « parachute » généralement plus ronde au sommet) et ses tentacules commencent à se détériorer. Elle redevient un polype, s’attache à une surface et recommence à se transformer en méduse, et elle peut le faire encore et encore.

Une partie de ce qui arrive réellement aux méduses dans ce processus est appelée transdifférenciation cellulaire. Ses cellules changent d’un type à l’autre, produisant un plan corporel complètement différent.

Bien que l’on ne voit actuellement aucun lien entre l’immortalité des méduses et la nôtre, cela ne signifie pas qu’une sorte d’épissage génétique ne serait pas possible à l’avenir. Qui sait ?

corps méduses tentacules faits