Un nombre record de 212 militants écologistes ont été tués en 2019

Publié dans 6/08/2020 par Claire Deschamps

militants écologistes tues 2019

Un nombre record de 212 militants écologistes ont été tués en 2019, soit au moins quatre décès par semaine, selon un nouveau rapport de l’ONG environnementale Global Witness. La plupart des meurtres sont restés impunis.

Depuis 2019 est déjà l’année la plus meurtrière enregistrée pour les militants écologistes témoins mondiaux, il dit que le nombre réel de morts est susceptible d’être beaucoup plus élevé, comme de nombreux cas ne sont pas signalés.

Un nombre record de 212 militants écologistes ont été tués en 2019

« Bon nombre des pires violations de l’environnement et des droits de l’homme dans le monde sont motivées par l’exploitation des ressources naturelles et la corruption dans le système politique et économique mondial », a déclaré Rachel Cox, une militante de Global Witness.
Le rapport a révélé que les militants anti-développement dans le secteur minier ont été les plus exposés, avec 50 décès de manifestants en 2019, suivis par le secteur agroalimentaire. L’industrie du bois a connu la plus forte augmentation du nombre de meurtres depuis 2018, avec 85 % d’attaques en plus contre des militants.

La moitié des meurtres signalés en 2019 ont eu lieu en Colombie et aux Philippines, avec respectivement 64 et 43 décès.

La Colombie a connu le plus grand nombre d’homicides de militants écologistes jamais enregistré dans un seul pays depuis que Global Witness a commencé à recueillir des données en 2012. Les Philippines, qui ont été le pays le plus meurtrier pour les militants écologistes en 2018, restent le pays le plus dangereux d’Asie pour les défenseurs de l’environnement.

Le rapport a également révélé que les 2/3 des décès en 2019 se sont produits en Amérique latine, qui est le continent le plus dangereux pour les militants écologistes depuis 2012.

Les peuples autochtones sont tués de manière disproportionnée pour leur activisme environnemental, représentant 40 % des décès dans le monde. Depuis 2015, 1/3 des attaques meurtrières contre les militants écologistes ont été perpétrées contre des peuples autochtones (représentant seulement 5 % de la population mondiale). Au Brésil, 90 % des décès du pays se sont produits en Amazonie, où vivent environ la moitié des populations autochtones du pays. Les femmes, qui représentent plus de 10 % des militantes tuées, sont également confrontées à des menaces sexistes, telles que la violence sexuelle.